Vendredi 30 octobre 2020

La vente des instruments de torture finalement suspendue

Par Thomas Bizien · lejournaldesarts.fr

Le 2 avril 2012 - 312 mots

PARIS [02.04.12] – Devant l’émotion suscitée par la mise en vente d’une collection d’objets de torture ayant été rassemblés par Fernand Meyssonnier, l’un des derniers bourreau de la République, la maison de ventes Cornette de Saint Cyr a décidé de la suspendre.PAR THOMAS BIZIEN

C’est dans un souci « d’apaisement » que la maison de ventes Cornette de Saint Cyr a préféré suspendre la vente aux enchères des instruments de torture de la collection Meyssonnier, prévue mardi 3 avril à Paris. « Devant l'émotion suscitée par cette vente, nous avons décidé de la suspendre afin que toutes les parties concernées puissent examiner dans le calme le contenu réel de cette collection », a déclaré à l'AFP le commissaire-priseur Bertrand Cornette de Saint Cyr.

L’annonce de la mise en vente de la collection des instruments de torture ayant été rassemblés par Fernand Meysonnier, exécuteur des arrêts criminels de 1957 à 1961 et responsable de 198 exécutions judiciaires en Algérie, ont provoqué de vives réactions de la part de nombreuses associations de défense des droits de l’Homme, ainsi que l’indignation de la presse algérienne. Bien que le Conseil des Ventes Volontaires, autorité de régulation des ventes aux enchères, n’ait pas jugé illégale la dispersion de la collection Meysonnier, de nombreuses figures politiques ont réclamé son annulation. Le sénateur Jean-Pierre Sueur (PS) a demandé au Premier ministre François Fillon ce qu'il comptait faire pour empêcher une vente « outrageante à l'égard de la mémoire des êtres humains qui ont été victimes de la torture. » Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture a appelé Bertrand Cornette de Saint Cyr pour lui « demander fermement l’annulation de cette vente ».

Constitués pour l’essentiel d’objets de torture daté du XVIe siècle aux années 1930, les 800 lots que composent la vente ne contiennent « aucun objet concernant la guerre d’Algérie », a précisé Bertrand Cornette de Saint Cyr.

Légende photo

Masque-cagoule d'exécuteur - Masque à pommettes saillantes en fer martelé et riveté, yeux, narines et bouche à dents découpés. Bordé de cuir. Cagoule en toile de jute à longue queue en pointe - Collection Fernand Meyssonnier - photo courtesy Cornette de Saint Cyr

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque