Dimanche 25 juillet 2021

La Russie annonce son retour au sein de l’ICCROM après 17 ans d’absence

Par Séverine Petit · lejournaldesarts.fr

Le 27 février 2015 - 471 mots

MOSCOU (RUSSIE) [27.02.15] - Alors que depuis plusieurs mois les tensions s’exacerbent autour de l’Ukraine, de nombreuses voix plaident pour une poursuite de la coopération culturelle entre la Russie et le reste du monde. En témoigne l’annonce faite par le ministère russe de la Culture du retour de la Russie au sein du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).

A l’occasion d’une réunion présentant le bilan de l’année 2014 au Musée d’Etat d’Histoire, le ministère russe de la Culture a annoncé vendredi 20 février 2015, par la voix de Vladimir Tsvetnov, directeur du département de contrôle des biens culturels, avoir rejoint l’ICCROM après 17 ans d’absence.

Créé lors de la 9e session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1956, le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) s’établit à Rome en 1959. Aujourd’hui fort de 134 membres, l’ICCROM a gagné la confiance et le respect des acteurs du patrimoine culturel notamment en participant à la préservation des tombeaux anciens de la vallée du Nil ou à la protection des sites d’intérêt à la suite de catastrophes naturelles tels que les tremblements de terre en Italie ou au Guatemala.

L’Union soviétique avait adhéré à l’organisation en 1991 et la Fédération de Russie lui avait succédé en avril 1993 après la chute de l’URSS. Cependant, c’est en 1997 que la Russie est « réputée avoir renoncé à sa qualité de membre », ce qui n’a pas pour autant empêché toute collaboration à l’image du précédent colloque, organisé en 2013 par l’ICCROM et l’ICOMOS, au monastère de Novodievitchi, à Moscou, à propos de la gestion des biens religieux inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est à l’occasion de la 28e session de l’assemblée générale de l’ICCROM que la Russie a été réadmise en son sein.

Les représentants du ministère russe de la Culture se sont félicités du retour de la Russie dans cette organisation intergouvernementale qu’ils qualifient « d’organisation la plus compétente dans le domaine de la restauration ». Mettre fin à cette « pause de 17 ans » était pour eux « l’une des priorités de l’année 2014 » sur le plan culturel, notamment pour permettre à leurs professionnels, que ce soit le personnel des musées, les scientifiques des laboratoires de recherche, les responsables de fouilles archéologiques, les restaurateurs ou tout autre acteur relevant du patrimoine, d’effectuer des stages professionnels en Grèce, en Italie et aux Pays-Bas, d'après The Art Newspaper Russia.

La vice-Premier ministre de Dmitri Medvedev, Olga Golodets, a souligné les succès du ministère de la Culture au cours de l’année écoulée : « Le travail du ministère est […] un véritable signe positif. Dans les conditions de la situation politique difficile, toutes les institutions continuent d’être présentes […] sur la scène internationale. » 

Légende photo

Logo de l'ICCROM, centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels- © Photo ICCROM

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque