Mercredi 13 novembre 2019

La Porte d’eau médiévale de la ville de Tournai menacée de destruction

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 20 novembre 2013 - 437 mots

TOURNAI (BELGIQUE) [20.11.13] – La municipalité de Tournai projette de remplacer la porte d’eau, monument emblématique de la ville et vestige du XIIIe siècle, par une construction contemporaine, afin d’augmenter le gabarit de l’Escaut. Un compte Facebook a été créé pour permettre aux internautes de se mobiliser contre ce projet.

Pour permettre à des bateaux plus volumineux de passer le tronçon du wallon de l’Escaut, l’Autorité Communale de la Ville de Tournai a décidé de substituer le monument médiéval classé du XIIIe siècle par une construction contemporaine, ce qui n’est pas du goût des défenseurs du Patrimoine, qui regrettent qu’une autre solution n’ait pas été trouvée.

Les détracteurs du projet avaient deux semaines (du 5 au 19 novembre 2013) pour manifester par écrit leur mécontentement auprès des mandataires et du directeur des Voies Hydrauliques. Un compte Facebook, créé pour faciliter les réactions et faire circuler l’information, a mobilisé en 10 jours plus de 2 000 personnes. Le site réclame une meilleure concertation ainsi qu’une consultation populaire par référendum.

La Porte d’eau, plus connu sous le nom de « Pont aux trous », est un important vestige de l’architecture militaire médiévale. Monument de défense, rattaché à la seconde enceinte communale percée de 18 portes, il protégeait le cours de l’Escaut qui traversait la ville. Conscients de l’impact économique de cette mesure, Les tournaisiens semblent néanmoins attachés à cet édifice, qui fait partie de leur identité culturelle.

Les arches du Pont aux trous avaient déjà été reconstruites et rehaussées de 2,40 mètres en 1948 afin de permettre, à l’époque, le passage de bateaux de 600 tonnes, en conservant l’aspect général de l’ouvrage. La question a été reposée dans les années 1960-1975, lors des travaux d’aménagement de l’Escaut au gabarit IV (1000-1500 tonnes). Une démolition de l’ouvrage ou une solution de contournement avaient alors été suggérées. Devant l’opposition de la Ville, et les difficultés tant économiques que techniques, le Pont aux trous avait été finalement préservé grâce à un système de navigation à sens unique, et à une circulation alternée, système encore en vigueur aujourd’hui.

En 2010, une étude environnementale avait proposé d’élargir l’arche centrale du pont pour libérer un rectangle de navigation de 12,5 mètres. Cette solution ne semble pas avoir été retenue. La municipalité aurait choisi une évocation contemporaine du Pont aux trous, où l’ancien monument apparaîtrait en transparence grâce à un entrelacs de métal façon résille. Cette option suppose donc de conserver les tours, mais de détruire les arches. Lors de la réunion publique d’information organisée le 5 novembre 2013, 200 personnes s’étaient déplacées, signe que certains tournaisiens se sont à nouveau sentis concernés par ce projet.

Légende photo

Porte d'eau datant du XIII è siècle à Tournai en Belgique - © Photo Jean-Pol Grandmont - 2005 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque