Dimanche 29 novembre 2020

Paris-8e

La peinture métaphysique de Peter Martensen

Maison du Danemark Du 6 septembre au 29 octobre 2017

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 29 août 2017 - 290 mots

L’exposition des œuvres de Peter Martensen à la Maison du Danemark reprend, dans une version plus réduite, celle présentée cet été au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne.

Pour ceux qui n’auraient pas eu la curiosité d’aller voir ses précédents accrochages à la Galerie Maria Lund, à Paris, voilà donc l’occasion de découvrir cet artiste danois et sa peinture surréalisante « classique » – le mot est de la conservatrice danoise Merete Sanderhoff. Pourquoi « classique » ? Parce que, s’il faut rechercher des influences à la peinture à l’huile de Martensen, mieux vaut aller voir du côté de la peinture de Vilhelm Hammershøi que de l’héritage d’Asger Jorn. Sa peinture représente en effet des personnages (beaucoup d’hommes) vêtus de blouses médicales blanches, évoluant dans des intérieurs déshumanisés ou inquiétants. Sortes de rats de laboratoire, ils semblent ne rien faire, ou si peu, de passionnant. D’ailleurs, ce ne sont pas « des » hommes, mais « un » seul peint plusieurs fois sur une même toile. Martensen a emprunté à Hammershøi la palette réduite, voire monochrome – pour évacuer sans doute tout sentimentalisme et référence directe au monde –, le temps suspendu, la solitude et le profond mutisme des personnages, mais il y a ajouté une dose d’absurde, de celle, métaphysique, d’un Magritte. Ses peintures sont de petits théâtres de marionnettes où rien ne se passe, mais où l’on devine que se joue l’histoire, la grande – celle, tragique, du procès de Nuremberg (Aktstudie, 1996) ou des expériences nazies de Mengele (La Leçon, 2008) – et la triviale – la place de l’homme dans un monde en piteux état. Parfois, une feuille s’envole du tas de paperasse qui jonche le sol, passant d’un tableau à l’autre. Une note d’espoir ? On veut en tout cas le croire.

 

« Peter Martensen »,
Maison du Danemark, 142, avenue des Champs-Élysées, Paris-8e, www.maisondudanemark.dk
Légende Photo :
Peter Martensen, Akstudie, 1996, huile sur toile, 190 x 240 cm, Vejte Kunstmuseum, Danemark © Photo Yves Bresson

 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°704 du 1 septembre 2017, avec le titre suivant : La peinture métaphysique de Peter Martensen

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque