La mairie de Paris enlève les affiches de l’exposition « Les Parisiens sous l’occupation »

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 21 avril 2008

PARIS [21.04.08] – Jeudi 17 avril, Christophe Girard, adjoint chargé de la culture à la mairie de Paris, a annoncé le retrait des affiches de l’exposition présentée à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris : « Les Parisiens sous l’occupation ».

Photographie encouleurs d’André Zucca

La mairie de Paris a décidé de retirer les affiches de l’exposition « Les Parisiens sous l’occupation » après la polémique. Depuis le 20 mars et jusqu’au 1er juillet 2008, La BHVP présente 270 photographies couleur réalisées pendant la seconde guerre mondiale par André Zucca (1898 – 1973). Ces images, exposées pour la 1ère fois, montrent des gens souriants, faisant les boutiques, attablés aux terrasses de café. Très peu de place est accordée aux aspects dramatiques de l'occupation, comme les files d'attente devant les magasins d'alimentation ou les rafles de Juifs.
De plus, il a été reproché à la BHVP de ne pas remettre les photographies dans leur contexte. La mairie de Paris a donc décidé d’installer un texte d’avertissement à l’entrée de l’exposition, dans lequel il est indiqué que Zucca travaillait pour Signal, le journal de propagande nazie. Le texte est traduit en anglais et en espagnol. Christophe Girard, adjoint à la Culture de Bertrand Delanoë, voulait mettre un terme à l’exposition lorsqu’il l’a découverte le soir du vernissage. Il nuance aujourd'hui sa position : « Arrêter l'exposition a été une option qui a été envisagée, mais ce n'est plus le cas. Les avertissements au public ont été apportés, le contexte est précisé. À partir du moment où les visiteurs sont avertis, elle continuera jusqu'à son terme. »

Jean Derens, directeur de la BHVP, rappelle que Zucca était connu pour avoir collaboré avec les nazis, et remarque : « S’il y a des visiteurs qui ne sont pas au courant de l’état de la France sous l’occupation, c’est triste ; mais cela ne signifie pas qu’il faille tout réexpliquer à chaque fois. » L’exposition signale aux visiteurs que Paris a été « relativement » épargnée pendant la seconde guerre mondiale parce que Joseph Goebbels, chef de la propagande nazie, voulait que la capitale soit « animée et gaie » pour montrer « la nouvelle Europe. »

A la libération, André Zucca a été arrêté mais pas poursuivi. Il a perdu sa carte de presse et a été écarté de la profession de journaliste. Jusqu’à sa mort en 1973, il était photographe de mariages dans l’ouest de Paris. Ses photographies du temps de guerre ont été achetées en 1985 à ses héritiers par la ville de Paris, et restaurées récemment.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque