Mercredi 28 octobre 2020

La dispersion des biens Jacques Vergès a rapporté 178 821 euros

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 22 janvier 2014 - 219 mots

PARIS [22.01.14] – Les biens de Jacques Vergès, décédé le 15 août 2013, ont été dispersés au cours d’une vente judiciaire par la maison Alain Castor – Laurent Hara dans l’après-midi du 18 janvier 2014. Tous les lots ont été vendus.

La vente de tous les biens personnels mais aussi de ceux affectés à l’exercice de la profession de l’avocat controversé furent mis en vente au sein de son Hôtel particulier, dans le cadre d’une décision de justice. Jacques Vergès était en effet lourdement endetté.

Pièce majeure de la vente, un bureau en placage d’acajou datant du début du XXe siècle et de style Louis XV, a trouvé preneur pour 38 000 euros malgré les restaurations qu’il nécessite. Une paire de fauteuils d’époque Empire exécutés pour le château de Meudon (résidence du Roi de Rome, fils de Napoléon I) a été quant à elle adjugée 18 500 euros. Les dommages constatés sur certains lots n’ont cependant pas découragé les acheteurs, venus acquérir « une part du personnage », selon la société de ventes aux enchères. 100% des lots vendus ont ainsi trouvé preneurs.

Intitulé « L’âme du Serial Plaideur », le nom de la vente qui a rapporté 178 000 euros, frais compris, faisait référence à une pièce de théâtre écrite et jouée par Jacques Vergès lui-même en 2008.

Légende photo

Bureau plat en placage d’acajou ouvrant par trois tiroirs en ceinture et reposant sur quatre pieds cambrés. Riche ornementation en bronze - Style Louis XV, après 1900 - 75 x 201 cm - vente du 18 janvier 2014 par Alain Castor et Laurent Hara - Adjugé 38.000 €

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque