Kader Attia, lauréat du prix Marcel Duchamp 2016, ouvre un espace de réflexion à Paris

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 20 octobre 2016 - 387 mots

PARIS [20.10.16] - 55 ans jour pour jour après le massacre du 17 octobre 1961 et à la veille de la remise du Prix Marcel Duchamp, l’artiste Kader Attia ouvre La Colonie, un lieu de pensée libre et convivial à Paris.

La Colonie a été inaugurée lundi 17 septembre au numéro 128 de la rue Lafayette dans le XXe arrondissement de Paris autour d’un couscous et d’une discussion entre Michelangelo Pistoletto et Kader Attia. L’artiste, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2016 le lendemain même, travaillait depuis longtemps sur cet « espace de réflexion libre et indépendante » consacré aux arts et plus largement à la liberté d’expression.

Pour l’artiste engagé, l’ouverture de ce lieu contribue à « lutter contre la montée du fascisme et de l’obscurantisme » dans « une société qui n’en fini plus de se fragmenter » et « à une époque où les voies d’expressions libres sont chaque jour recadrées par le conformisme institutionnel », a-t-il déclaré sur la page Facebook de La Colonie. « Résister contre le poids du déni national a toujours nourri ma sensibilité d’artiste et ma pensée de chercheur. » affirme encore Kader Attia.

Et la date d’inauguration n’a pas été laissée au hasard : un 17 octobre, 55 ans jour pour jour après la manifestation d'Algériens organisée à Paris par la Fédération de France du FLN réprimée par la police française et qui a fait plusieurs morts. « Le 17 octobre 1961, des Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu obligatoire pour les Nord-Africains. Nous étions en pleine guerre d'Algérie. Une guerre d'indépendance. Un nombre inconnu d'hommes et de femmes sont morts lors de cette nuit du 17 octobre. Noyés, jetés dans la Seine par la police française, ou abattus par balle. Souvenons-nous. C'était hier. Nous leur avons rendu hommage. Hommage à notre mémoire. Nous avons ouvert la Colonie. » 

Avec un parfum de Nuit Debout, le lieu hybride – « bar », « agora », « laboratoire », « salle de concert », « lieu de paroles, d’écoutes, de partages »… – se veut accessible à tous. Un premier colloque explorant la notion d’appropriation (« L’appropriation inventive et critique ») est organisé ces 21 et 22 octobre 2016 par Gaëtane Lamarche-Vadel. Il sera suivi d’une seconde manifestation, entre les 16 et 19 novembre (« Theory Now »).

Légende photo

Kader Attia © Photo Franz Johann Morgenbesser - 2015 - Licence CC BY-SA 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque