Dimanche 29 novembre 2020

Jean-Paul Monery

Par Dominique Vergnon · L'ŒIL

Le 29 août 2017 - 304 mots

Il Le Dit Avec un franc sourire, sa carrière de conservateur a été une « belle aventure intellectuelle », l’art étant au confluent de ce qu’il a toujours aimé, l’histoire, la géographie et la philosophie.

S’il a côtoyé de près Ange Leccia, François Morellet et Hamish Fulton, sa vraie famille, depuis qu’il est arrivé à l’Annonciade, se compose d’artistes « classiques » dont il a assuré le rayonnement au-delà des murs de la chapelle du XVIe siècle, devenue sous sa direction un temple de la modernité : Matisse, Bonnard, Vlaminck, Manguin, Cross, Derain, Friesz ou encore Modigliani. Au cours de son mandat, une soixantaine d’expositions ont hissé ce lieu, héritier de la vaste collection de Georges Grammont, au niveau des espaces muséaux qui comptent. « Dans une présentation quelconque sur l’art moderne, en France ou à l’étranger, on trouve régulièrement un tableau prêté par notre musée. Il y a encore pour cent ans d’expositions en réserve », estime non sans malice Jean-Paul Monery. Quand il a acheté des œuvres de Delaunay, Maillol, Valtat, c’est toujours « dans l’esprit de la collection », afin de lui garder son caractère initial et sa cohésion. Il a voulu aussi faire redécouvrir des peintres inconnus comme Auguste Pégurier, « un local ». À la rentrée, il s’installera à Marseille où son affabilité, son rire communicatif et son expérience lui ont déjà ouvert bien des portes. Tant de connaissances accumulées vont lui servir à donner des conférences, écrire, monter des projets, avec un retour vers l’art contemporain.

1953
Naissance à Talence (33)
1973
Diplômé en histoire de l’art
1984
Conservateur de musée et enseignant à l’université, Grenoble (38)
1992
Nommé conservateur en chef de l’Annonciade, musée de Saint-Tropez (83)
2006
Promu au grade de chevalier dans l’Ordre des arts et des lettres
2015
Pour les 60 ans du musée, exposition « Hommage aux donateurs » reprenant les œuvres accrochées en 1955
2017
Exposition « Georges Braque-Henri Laurens, quarante années d’amitié ». Départ à la retraite

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°704 du 1 septembre 2017, avec le titre suivant : Jean-Paul Monery

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque