Jeudi 13 décembre 2018

Entretien

Jacques Toubon Ministre de la Culture de 1993 à 1995

« Apporter la connaissance sur notre identité nationale »

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 8 octobre 2004 - 349 mots

Né en 1941, Jacques Toubon a été ministre de la Culture et de la Francophonie de mars 1993 à mai 1995 dans le gouvernement d'Édouard Balladur. Il est président de la Mission de préfiguration du centre de ressources et de mémoire de l’immigration, conseiller de Paris et député européen.

Quel est votre meilleur souvenir de ministre de la Culture ?
Lorsque, le 1er décembre 1993, le chancelier Kohl a déclaré en ouvrant la conférence de presse commune, clôturant le sommet franco-allemand à Bonn, que la culture était un enjeu équivalent à l’agriculture dans les négociations du GATT. Cela signifiait que l’Europe partirait unie face aux États-Unis pour exiger l’exception culturelle. Et elle l’obtint.

Quel est votre plus grand regret ?
N’avoir pu lancer en 1995 le projet de réhabilitation du Grand Palais que j’avais étudié. Dix ans après, on ne sait toujours pas quand il rouvrira…

Quel bilan tirez-vous de votre passage Rue de Valois ?
Un bilan en profondeur et avec des effets à moyen terme : la remise en état et la relance de nos grandes institutions (Comédie-Française, Opéra national, Bibliothèque nationale, Théâtre national de Strasbourg), la seconde loi-programme du patrimoine, la loi pour la langue française et celle contre le photocopillage, une nouvelle génération à la tête des CDN (Pitoiset, Pelly, Le Pillouer,  Vignier…), le quota de chanson française sur les radios, l’action culturelle dans les banlieues et les quartiers difficiles, la première idée de la réforme des ventes publiques (lancée par le JdA) et bien sûr l’exception culturelle.

Aujourd’hui, quelles sont selon vous les priorités dans le domaine de la politique culturelle ?
Une priorité : le développement des publics, c’est-à-dire une politique culturelle s’attachant autant à la demande qu’à l’offre pour laquelle la France demeure, malgré les inévitables insuffisances, imbattable. Et je concrétise pour ma part cette priorité en préparant à la demande du gouvernement, avec le soutien fervent de Renaud Donnedieu de Vabres, la mise en place en 2007 de la « Cité nationale de l’histoire de l’immigration », institution culturelle innovante qui s’efforcera d’apporter la connaissance aux Français à la recherche de notre identité nationale.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°200 du 8 octobre 2004, avec le titre suivant : Jacques Toubon Ministre de la Culture de 1993 à 1995

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque