Dimanche 21 octobre 2018

Imbroglio juridique autour d’une collection stockée chez Sotheby’s New York depuis 20 ans

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 10 février 2017 - 372 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [10.02.17] – L’héritière par alliance d’une collection de peintures des XIXe et XXe siècle stockée depuis près de 20 ans chez Sotheby’s New York a déposé une requête auprès de la Cour Suprême de New York pour en forcer la vente.

Lassée de stocker et d’assurer gracieusement les quelques 25 œuvres de l’ancienne collection de Simon M. Jaglom, la maison de ventes Sotheby’s avait informé Victoria Foyt en 2015 qu’elle avait l’intention de transférer les peintures dans un autre lieu de stockage. Mais Victoria Foyt, l’unique gérante du trust familial s’y oppose, ne voulant pas payer les frais d’assurance et de stockage des tableaux. Si pour elle vendre semble être la meilleure des solutions, l’un des fils de Simon M. Jaglom s’y oppose. Tentant tout de même à forcer la vente, Victoria Foyt a déposé une requête auprès de la Cour Suprême de New York le 2 février dernier.

La collection en question comprend quelques grands noms de la peintures des XIXe et XXe siècles : on y trouve deux œuvres de Pablo Picasso, une de Paul Gauguin, cinq peintures d'Auguste Renoir, deux autres de Vincent Van Gogh et de Max Liebermann… Le problème de cette longue liste de noms fameux, c’est que des structures différentes en sont les propriétaires. Au cours de sa vie, Simon M. Jaglom a en effet donné 10 œuvres à ses deux fils qui en sont donc propriétaires à parts égales. A sa mort en 1992, il leur a transmis les 15 œuvres restantes. Les deux frères, Michael et Henry Jaglom, sont donc les propriétaires du tout indivisible, comme le rapporte un article d’Artnet. Mais en 2012 est créé la « Jaglom Family 2012 Art Trust », un trust d’art familial dont l’ex-épouse d’Henry Jaglom, Victoria Foyt, est devenue l’unique « trustee ». Si Victoria Foyt a donc le droit de gérer la collection, elle ne peut la vendre sans l’accord de Michael Jaglom car elle encourrait le risque d’une nullité de la vente.

La Cour Suprême de New York devrait tirer au clair ces questions de propriétés dans les mois à venir. En attendant, Sotheby’s se dit prête à assurer la vente, si les décisions juridiques vont en la faveur de Victoria Foyt.

Légende photo

Extrait du film Déjà vu (1997) avec Victoria Foyt et Michael Brandon, dirigé par Henry Jaglom - Photo Credit: Jagtoria / The Kobal Collection - Kobal / The Picture Desk

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque