Vers le musée des Civilisations de l’Europe...

L'ŒIL

Le 1 juillet 2005

Ce bâtiment assoupi derrière le jardin d’Acclimatation, dans l’ombre du bois de Boulogne, n’est autre que le musée des Arts et Traditions populaires. Silencieux, quelques visiteurs cheminent dans les méandres ténébreux de sa galerie culturelle… Oublié du public parisien, le musée quitte l’architecture des années 1970 pour s’installer à Marseille, sur le vieux port, en pleine lumière et devenir le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Avant son grand déménagement (ouvert en 2010, le musée abritera une collection d’un million d’objets ainsi que de nouvelles acquisitions européennes), une exposition rend hommage à Georges Henri Rivière, concepteur avant-gardiste du musée actuel et permet de s’interroger, pour la première fois, sur le sens de la disposition des objets. Elle souligne, derrière chaque mise en scène, la volonté du conservateur, attentif à restituer ces objets dans leur fonctionnement. Rigueur scientifique contribuant à l’esthétique de ce musée aux vitrines étrangement belles. « À l’époque de son ouverture, rappelle Florence Pizzorni, conservatrice et commissaire de l’exposition, certains objets avaient appartenu au quotidien des visiteurs. Georges Henri Rivière voulait donc qu’ils soient mis en scène et leurs spectateurs plongés dans l’obscurité, comme au théâtre, tenant ainsi l’émotion à distance. » Clair et spacieux, le nouveau musée tirera de cet enseignement révolutionnaire une leçon… de vie.

« Lumières sur le musée des Arts et Traditions populaires », PARIS, musée des Arts et Traditions populaires, 6 av. du Mahatma Gandhi, XVIe, tél. 01 44 17 60 00, 18 mai-5 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°571 du 1 juillet 2005, avec le titre suivant : Vers le musée des Civilisations de l’Europe...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque