Dimanche 8 décembre 2019

Suisse

Un Monet moins connu

La Fondation Gianadda présente une rétrospective synthétique, et évite la redite

Le Journal des Arts

Le 19 septembre 2011 - 776 mots

MARTIGNY - Encore une exposition sur Monet ? La question se pose, après, à Paris, la rétrospective du Grand Palais et sa concurrente au Musée Marmottan.

Pour contourner l’écueil d’une pâle copie, la Fondation Pierre Gianadda a choisi de rassembler une importante partie des œuvres de Monet abritées dans les collections suisses, publiques et privées, tout en s’appuyant sur un noyau de tableaux prêtés pour l’occasion par le Musée Marmottan.
Au total, quelque 70 œuvres sont présentées à Martigny, en Suisse, dont 26 proviennent de l’institution parisienne (Impression, soleil levant, un temps évoquée, ne fait toutefois pas partie du voyage). De quoi séduire l’œil le plus blasé devant quelques tableaux peu ou jamais exposés, telle Les Pivoines, très belle huile sur toile de 1887.

Suivant un parcours chronologique très classique, l’œuvre de Claude Monet est évoqué de manière synthétique : ses débuts au Havre, sa rencontre avec l’école de Fontainebleau, sa découverte des bords de Seine, la vie parisienne et les voyages qu’il entreprend dans le sud de la France ou en Italie, et dans le Nord de l’Europe, en Angleterre et en Norvège. Le parcours s’achève sur les grands formats exécutés à Giverny (Eure) dans les années 1918-1924 alors que la vue du peintre décline à cause de cataractes mal soignées.

Un précieux catalogue
Des bords de Seine, on pourra retenir La Seine à Argenteuil (1874, Kunstmuseum de Berne), où la palette froide de Monet se déploie avec une subtilité et une délicatesse extrêmes. Au premier plan, des roseaux, motif japonisant qu’il apprécie déjà fort. Au loin, sur l’autre berge, le village d’Argenteuil s’endort calmement sous un soleil couchant. Tout le génie de Monet est là, dans le point de vue choisi, dans la temporalité du sujet, dans la construction de la toile, et bien sûr, dans le travail de la couleur.

Monet a plus de difficulté à retranscrire la lumière chaude de Bordighera, petit village italien de la côte méditerranéenne. « Je voudrais faire des orangers et des citronniers se détachant sur la mer bleue, je ne puis arriver à les trouver comme je veux. Quant au bleu de la mer et du ciel, c’est impossible » confie-t-il à son épouse, Alice, dans une lettre de 1884. Dans Les Palmiers, Bordighera (1884, coll. part.), la toile est envahie par une végétation foisonnante et luxuriante ; la palette est dense, chaude ; les couleurs, dures. Mais le motif, cher au peintre, n’émerge pas du tableau, les palmiers semblent noyés dans la masse environnante.

Le déroulé de l’accrochage suisse est convaincant, bien que l’on puisse y déplorer un manque d’informations et de médiation. Le parcours, situé au cœur de l’immense hall de la Fondation, ne participe pas non plus à la concentration du visiteur, mais permet une vue panoramique de l’ensemble des œuvres. Le catalogue constitue ici une aide précieuse et particulièrement soignée : malgré la piètre qualité des reproductions, les œuvres sont mises en regard de textes de Monet et de ses contemporains. Ainsi, devant certaines Nymphéas, la parole est donnée à Georges Clemenceau. Ailleurs, Monet écrit à son épouse. Le plus prolixe est Gustave Geffroy, ami du peintre, journaliste et critique d’art. Devant Deux vases de chrysanthèmes (1888, coll. part.), il s’exclame : « Deux bouquets de chrysanthèmes, l’un jaune clair, rose vif, l’autre rose pâle, jaune froid, qui donnent à contempler cette chose si peu commune en peinture, la tendre chair, la finesse de duvet, la vie colorée et odorante de la fleur. »

Monet et l’« ukiyo-é »
Le catalogue contient également un article de Lukas Gloor, « Claude Monet en Suisse », primordial pour comprendre comment l’art du maître impressionniste a été collectionné par les amateurs et les institutions suisses. Le processus fut tardif comparé aux collections européennes et américaines, en partie à cause du prix élevé des tableaux vers 1890, date à laquelle le peintre est surtout considéré comme un peintre de second rang par les amateurs helvétiques, qui lui préfèrent Camille Pissarro ou Alfred Sisley. Leurs choix se tournent alors vers des tableaux de Monet aux sujets moins connus, comme les Inondations ou les Débâcles, auxquels l’exposition de Martigny fait la part belle et qui lui confère sa spécificité. En parallèle, la Fondation présente une sélection d’estampes japonaises de la collection Monet, prêtées exceptionnellement par Giverny, l’occasion de voir tout ce que son art doit à l’ukiyo-é et à ses grands maîtres.

MONET AU MUSÉE MARMOTTAN ET DANS LES COLLECTIONS SUISSES

jusqu’au 20 novembre, Fondation Pierre Gianadda, 59 rue du Forum, 1920 Martigny, Suisse, tél. 41 27 722 39 78, www.gianadda.ch, tlj, 9h-19h. Catalogue, éd. Fondation Pierre Gianadda, 328 p., 39 euros, ISBN 978-2-88443-132-3.

Commissaire d’exposition : Daniel Marchesseau
Nombre d’œuvres : env. 70

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°353 du 23 septembre 2011, avec le titre suivant : Un Monet moins connu

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque