Samedi 24 février 2018

Thomas Schütte : petits et grands monuments

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 12 novembre 2007

On connaissait déjà les petits êtres chauves et fripés à tête de cire, enveloppés de lambeaux de tissu ou ligotés dans de vilaines cordes. Et si depuis quelques années, Thomas Schütte prend ses distances avec cet univers dramatique de miniatures grotesques pour se frotter à des formats autrement plus dilatés, les rapports d’échelle et de situation dans l’espace persistent toujours.
En témoigne l’exposition que lui consacre le musée de Grenoble. Persiste encore l’examen grimaçant et subversif d’une figuration flirtant toujours avec les lisières de l’inhumanité. Ou de l’humanité. Maquettes, sculptures, dessins, gravures : l’exposition « Croisade » décline avec ces œuvres récentes
les différents médiums abordés par l’artiste allemand, brouillant hiérarchies et espaces, mettant en scène un art piquant, rugueux, toujours suspendu dans un entre-deux amer, un écart où tout est possible, où chaque objet semble hésiter à présenter une forme achevée et vouloir avertir le regardeur d’une étape ultérieure. Sculptures monumentales colorées faites de têtes de colosses luisants en terre cuite, formats et traits saillants comme autant d’échos à la statuaire de régimes totalitaires, les figures érigées par l’artiste né en Allemagne de l’Est jouent de leur échelle en même temps qu’elles interrogent la virtuelle charge idéologique endossée par le médium.
Au même titre d’ailleurs que les maquettes/sculptures largement représentées à Grenoble. Renouant avec une pratique développée à ses débuts dans les années 1980, Thomas Schütte s’éloigne pourtant des enjeux teintés d’autobiographie revêtus par ces premiers « modèles » en bois peint, pour formuler les objets et matières qui font nos environnements construits : station-service, parking, tour ou cités sont jetés au regard du spectateur avec une distance brutale. À l’énergie malcommode de ces objets, figures, sculptures aux accents baroques, s’ajoutent quelques dessins acérés et gravures/objets, dont Schütte exploite les techniques comme la matérialité. Et c’est aussi la bonne surprise de cet hommage stimulant, relayé par un catalogue fourni avec quelques commentaires en langue française.

« Thomas Schütte, Croisade », GRENOBLE (38), musée de Grenoble, 5 place Lavalette, tél. 04 76 63 44 44, jusqu’au 26 janvier. Catalogue, bilingue allemand/français (40 p. en français), 22 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°553 du 1 décembre 2003, avec le titre suivant : Thomas Schütte : petits et grands monuments

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque