Samedi 24 février 2018

Londres

Rétrospective Kitaj à la Tate

Le peintre figuratif évoque son passé et l’art d’aujourd’hui

Par Roger Bevan · Le Journal des Arts

Le 7 juin 2010

La Tate Gallery propose une grande rétrospective de l’œuvre de R.B. Kitaj, du 16 juin au 4 septembre prochain. Richard Morphet, conservateur de la collection d’Art moderne, en est le commissaire.

LONDRES - C’est la première exposition d’importance que lui consacre son pays d’adoption. Kitaj est né à Cleveland, dans l’Ohio, en 1932, mais il n’a vécu que de façon épisodique aux États-Unis durant les quarante dernières années. Après avoir étudié en Autriche, à Vienne, en 1951, une bourse de G.I. lui a permis de s’inscrire à la Ruskin School of Drawing d’Oxford. En 1958, il a suivi des cours de perfectionnement au Royal College of Art de Londres. Invité à donner des cours à l’université de Berkeley, en 1967, il est resté à Los Angeles jusqu’en 1971.
 
La rétrospective comprend 73?toiles et 41 pastels ou dessins. Les œuvres les plus anciennes sont Erasmus Variation et Tarot Variation (1958). Parmi les toiles célèbres, on note The Murder of Rosa Luxemburg (1960, Tate Gallery), The Ohio Gang (1964), acheté par Alfred Barr pour le Musée d’Art moderne de New York, et If Not, Not (1975-76), sa réponse au poème de T.S. Eliot, The Waste Land. Ce thème se trouve renforcé par celui de l’Holocauste, dans The Rock Garden (1981) et The Jewish Rider (1984-85), un prêt du Musée Arstrup Fearnley, d’Oslo.

Kitaj a peint une trentaine de toiles au cours des trois dernières années. The Wedding (1989-1993, Tate Gallery) témoigne de son mariage avec Sandra Fisher. On y voit les portraits de leurs témoins, Lucien Freud, Frank Auerbach, Leon Kossoff et David Hockney. Une suite de huit toiles intitulées Bad (1990-1993) correspond à un déclin physique et moral, mais montre aussi combien l’artiste a été motivé par la perspective de cette exposition. Le catalogue de l’exposition comprend des études de M. Morphet et de Richard Wollheim. Kitaj commente chacune des toiles présentées.

Une exposition de l’œuvre graphique, évoquée à l’aide de soixante sérigraphies, lithographies et gravures, préparée par Rosemary Miles, du département des estampes et peintures, a lieu du 8 juin au 9 octobre au Victoria and Albert Museum.

Londres, Tate Gallery, \"R.B. Kitaj\", 16 juin-4 septembre, Los Angeles County Museum (23 octobre-8 janvier 1995), Metropolitan Museum de New York (15 février-14 mai 1995).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : Rétrospective Kitaj à la Tate

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque