Regards sur l’art américain

L'ŒIL

Le 1 avril 2003

Le musée d’Art américain de Giverny a pour mission, depuis son inauguration en 1992, de montrer et d’analyser les liens entre les artistes français et les artistes américains. Avec « American Beauty », l’institution couvre cent cinquante ans d’histoire de l’art américain (1770-1920) en réunissant quatre-vingt-dix peintures et sculptures issues de la prestigieuse collection du Detroit Institute of Arts. Depuis les grandes peintures historiques et naturalistes de la seconde moitié du XVIIIe jusqu’aux premières années du xxe siècle, ces œuvres, replacées dans leur contexte, montrent l’influence des grands courants artistiques européens sur l’art américain. À la fin du XVIIIe siècle, l’art du portrait et la peinture d’histoire dominent. John Singleton Copley (Watson et le requin, 1782) et Benjamin West (La Mort du général Wolfe, 1771), marqués par l’art anglais et hollandais, en sont les principaux représentants. Au milieu du XIXe siècle, les artistes se tournent davantage vers le populaire, le monde du travail, avec William Sydney Mount ou Richard C. Woodville. Beaucoup d’artistes se rendent à Londres où ils s’imprègnent des idées de Joshua Reynolds et John Ruskin.
La peinture de paysage prend un nouvel essor avec la seconde tendance de l’Hudson River School qui privilégie les grandes étendues et la nature sauvage dans un art spirituel et romantique. Frederick Edwin Church, premier élève de Thomas Cole (père de l’Hudson River School), peint des vues panoramiques et spectaculaires où la nature est minutieusement observée (Cotopaxi). À partir des années 1860, de nombreux artistes dont James Whistler, Mary Cassat et John Singer Sargent s’expatrient à Londres, Düsseldorf et Paris, à la recherche d’un souffle nouveau, avides de modernité.
À Giverny, comme à Pont-Aven, nombre d’artistes américains viennent côtoyer les Français, et s’inspirer des recherches impressionnistes. L’exposition fait le tour des influences, illustre les époques, jusqu’au début du XXe siècle, où se manifeste l’enthousiasme des artistes américains – notamment le Groupe des Huit avec John Sloan, William Glackens... – pour le modernisme européen avec une peinture résolument tournée vers le social.

GIVERNY, musée d’Art américain, 99 rue Claude Monet, tél. 02 32 51 94 65, www.maag.org, 2 mars-1er juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°546 du 1 avril 2003, avec le titre suivant : Regards sur l’art américain

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque