Mardi 11 décembre 2018

fondation

Quand t’es dans le désert...

L'ŒIL

Le 1 septembre 2000 - 221 mots

L’invention de la photographie est contemporaine de la découverte du désert par l’Occident, et c’est aux photographes aventuriers du XIXe siècle que l’on en doit les premières images. Partant de ce constat, l’exposition explore les liens analogiques et métaphoriques qui lient le médium photographique et cet espace, lieu de révélation et de lumière pure. Elle s’articule en deux parties. La première réunit un certain nombre de ces pionniers de la photographie (Maxime du Camp, Félix Bonfils, Pascal Sebah, Émile Fréchon...) en un superbe ensemble. La seconde propose des visions actuelles du désert, à travers principalement des commandes passées à dix artistes, photographes ou vidéastes. Lara Baladi, Balthasar Burkhard, William Eggleston, Titouan Lamazou, Beat Streuli, Lee Friedlander sont ainsi expressément partis dans différents déserts de la planète. Alors que Raymond Depardon, Andrei Ujica, Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi ont choisi de travailler avec des images déjà existantes (des films de Pasolini, par exemple, pour Ujica). Cet ensemble contemporain est complété par des œuvres de Walter De Maria, Anselm Kiefer (que vient faire là un peintre ?), Michael Light, Michal Rovner et Bill Viola. Ce dernier suscite une suite de mirages créés en travaillant l’image : à travers un temps et des couleurs affranchis des mesures habituelles, l’artiste nous plonge dans une pure et jouissive hallucination.

PARIS, Fondation Cartier, jusqu’au 5 novembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°519 du 1 septembre 2000, avec le titre suivant : Quand t’es dans le désert...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque