Mixages et métissages

Le choc des cultures

Par Bérénice Geoffroy-Schneiter · L'ŒIL

Le 30 mai 2008

« Un honnête homme, c’est un homme mêlé », écrivait Michel de Montaigne dans l’un de ses Essais. En ces temps obscurs de méfiance envers l’autre et de repli identitaire, cette sentence fait résonner un salutaire espoir !

À l’image de la stimulante exposition concoctée par l’historien Serge Gruzinski qui propose, dans les salles obscures du plateau des collections du musée du Quai Branly, une réflexion aux allures de jeu de piste. Car pour le visiteur, il s’agit ni plus ni moins de traquer derrière des objets que l’on croirait « exotiques » ou tout simplement « lointains » la part de « métissage » qui a présidé à leur genèse et à leur élaboration.
Ainsi, scintillant sous ses broderies de sequins et de perles, cet étendard vaudou (ou « drapo ») résume à lui seul l’histoire chaotique et douloureuse des esclaves noirs transplantant sur le territoire haïtien leurs cultes et leurs croyances : symboles et motifs empruntés aux tissus rituels d’Afrique se sont ainsi mêlés à l’imagerie des saints chrétiens. Et le résultat est superbe !
C’est ce même choc des cultures que l’on devine derrière cette mosaïque de plumes réalisée au lendemain de la conquête du Mexique. Si elle reproduit un thème classique de l’iconographie chrétienne (saint Luc et la Vierge), cette œuvre chatoyante n’en perpétue pas moins une technique et un matériau proprement indiens.
Du célèbre Codex Borbonicus exceptionnellement prêté pour l’occasion aux salières afro-portugaises ciselées dans l’ivoire, en passant par les paravents japonais décrivant ces bizarres créatures qu’étaient les Portugais au nez crochu, la liste est longue de ces objets « métis » qui disent, depuis le xvie siècle, les chocs, les rencontres, les haines, mais aussi les fascinations…
À l’heure où les artistes surfent sur la toile pour mieux malaxer, recycler ou détourner, l’exposition du Quai Branly offre une brillante leçon d’histoire et ouvre de fécondes pistes de réflexion. Programmées sur plusieurs mois, des conférences consacrées aux « villes métisses » ainsi que des projections de films « hybrides » américains et asiatiques devraient prolonger le plaisir…

« Planète Métisse, To Mix or Not To Mix ? », Musée du quai Branly, galerie Ouest, 37, quai Branly, Paris VIIe, www.quaibranly.fr, jusqu’au 19 juillet 2009.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°603 du 1 juin 2008, avec le titre suivant : Mixages et métissages

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque