Jeudi 12 décembre 2019

musée

Les Fauves et l’art du feu

L'ŒIL

Le 1 mai 2002 - 171 mots

L’histoire de la collection du Musée de l’Annonciade étant étroitement liée au fauvisme, son conservateur, Jean-Paul Monery, a choisi de nous révéler une facette méconnue de ce célèbre mouvement : les arts décoratifs. En effet, c’est autour du potier André Metthey, dont l’atelier se trouve à Asnières, que les peintres Matisse, Derain, Vlaminck, Bonnard, Friesz, et bien d’autres, se consacrent dès 1903 à la décoration de céramiques. 70 plats, assiettes et vases de toutes formes témoignent de leur fascination pour cette technique, de leur approche fantaisiste et colorée. Car, à l’instar de la production picturale, la couleur prévaut comme l’explique si bien Metthey qui, à partir de 1909, décore lui-même ses propres créations : « De la couleur avant toute chose et puisqu’il faut choisir, plutôt de la belle coloration que de la belle matière, plutôt la glorification de l’artiste que celle du feu, plutôt mille et mille fois de l’art que du métier. »

- SAINT-TROPEZ, Musée de l’Annonciade, place Grammont, tél. 04 94 97 04 01, 6 avril-24 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°536 du 1 mai 2002, avec le titre suivant : Les Fauves et l’art du feu

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque