musée

Le dernier des korrigans

L'ŒIL

Le 1 février 2002

L’ouverture du Musée de l’Homme en 1938 fit venir le Tout-Paris : l’exposition inaugurale présentait 800 des 2800 objets rapportés par cinq jeunes gens bien nés d’une croisière de deux ans dans le Pacifique sur La Korrigane. Conçu par Etienne de Ganay et Charles van der Broek, accompagnés de leurs épouses et d’un ami, ce projet avait pour arrière-plan deux « croisières » fameuses, la Noire (1924-25) et la Jaune (1931-32), le retour de la Mission Dakar-Djibouti (1931-33) et le succès de l’Exposition coloniale. 1934-36 : un temps où le voyage de découverte scientifique était à la mode autant que le tourisme cannibalesque, et où les dilettantes fortunés se mettaient volontiers à l’exploration de terrain. Entre parties de pêche en haute mer et réceptions mondaines, cette ethnographie gantée et chapeautée prête à sourire. Pourtant, armés d’un manuel de méthodologie édité par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro, ces amateurs appliqués ont photographié, dessiné leur collecte, achetée, et plus souvent troquée, dans les villages, donnée par les indigènes ou les colons. Ils se sont intéressés au chef-d’œuvre et à l’objet banal, à la parure et à l’architecture, aux usuels et aux curios, persuadés de saisir les ultimes témoins de sociétés en pleine mutation. 200 d’entre eux sont exposés aujourd’hui dans la coque ouverte d’un bateau de bois. Mais c’est le catalogue qui restitue le mieux l’esprit de cette aventure du Club des cinq : à la fois carnet de voyage et journal, album et lieu de réflexion sur ce qui fut l’une des dernières expéditions de ce genre.

- PARIS, Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, tél. 01 44 05 72 72, 5 décembre-3 juin, cat. éd. Hazan, 48,95€.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°533 du 1 février 2002, avec le titre suivant : Le dernier des korrigans

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque