Mardi 11 décembre 2018

La voie de la couleur

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 mai 2004 - 351 mots

Tout autant que leur origine géographique, c’est leur amour de la couleur qui a rapproché Samuel John Peploe, John Duncan Fergusson, George Leslie Hunter et Francis Boileau Campbell Cadell, quatre peintres actifs dans la première moitié du xxe siècle. Attirés par la France où ils ont souvent séjourné, ils ont travaillé dans un style postimpressionniste, pratiquant un fauvisme assagi. De l’autre côté de la Manche, ils étaient dédaignés. On n’admettait pas ces couleurs lumineuses qui s’entrechoquaient, couleurs brûlantes souvent des taches cernées de noir. On trouvait ces effets faciles, trop directs et certains critiques allèrent même jusqu’à les traiter de « bolchevistes de
la couleur ». Pourtant ils ne cherchaient pas à être révolutionnaires ; ils désiraient seulement fixer sur leurs toiles la beauté d’un monde tranquille et ensoleillé. C’est sous cet aspect apaisé que Peploe et Cadell dans les années 1920 ont voulu faire apparaître l’île d’Iona, située dans la mer des Hébrides, un lieu qui évoquerait plutôt les violentes tempêtes, mais dont ils rappellent la mer parfois calme et le sable blanc. Cette vision a séduit plusieurs musées, et le Centre Pompidou conserve deux toiles de Peploe Paysage, Iona et La Forêt.
Il était plus facile de trouver en France des sujets adaptés à ce désir d’euphorie, à Paris et surtout à Cassis où les quatre amis se sont souvent retrouvés. Fergusson, le plus parisien des quatre, qui a eu pour compagne la danseuse Margaret Morris, s’est efforcé de traduire le rythme en peinture et s’est passionné pour la représentation de la femme à laquelle il a consacré une importante partie de son œuvre. Hunter enfin, désireux de produire des effets très décoratifs, a réalisé beaucoup de natures mortes. Peu appréciés dans leur pays, ces artistes ont au contraire séduit les critiques en France lors de deux expositions à Paris à la galerie Barbazanges et surtout, en 1931, à la galerie Georges Petit. L’exposition de la fondation Mona Bismarck les tire d’un oubli immérité.

« Les Coloristes écossais : 1900-1935 », PARIS, fondation Mona Bismarck, 34 av. de New York, XVIe, tél. 01 47 23 38 88, 20 avril-26 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°558 du 1 mai 2004, avec le titre suivant : La voie de la couleur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque