La botanique, ce jardin de papier...

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 6 août 2007

Le jardin est un lieu tantôt ornemental, tantôt botanique. Cette fonction n’exclut pas l’agrément, comme en témoignent les planches d’herbiers et les ouvrages botaniques réunis à Francfort.

L’aventure du jardin botanique est liée aux conquêtes. Extrêmement coûteux, il est à la fois le symbole d’une puissance politique et économique et le signe de l’érudition esthétique de son propriétaire, le plus souvent roi. Sa fonction est animée du désir d’étudier, de conserver et de transmettre.

Arrangements avec la science
Si le jardin propose une mise en ordre idéalement harmonieuse du monde, son versant botanique enregistre, classifie, répertorie la réalité végétale du monde à force de méthodes et de dénominatifs. Arboretum, alpinum, fruticetum, cactarium, verger conservatoire, les différents départements du jardin botanique peuvent se dédier à la flore locale comme aux plus exotiques, mais il leur faudra pour cela créer des microclimats spécifiques. Il n’est pas lieu ici de détailler les plans ni les prouesses architecturales des serres, mais de voir quel rôle a pu y jouer l’artiste.
Au Moyen Âge, le plaisir botanique transparaît dans le rendu quasi naturaliste des fruits, fleurs et animaux qui agrémentent les jardins enceints des châteaux. Mais, le réalisme scientifique en est toutefois exempt. Dans le panneau de Francfort, Little Garden of Paradise, on dénombre pas moins de vingt-quatre espèces végétales et douze oiseaux différents autour de la Vierge, de l’archange Gabriel et d’anges musiciens. Une invraisemblance botanique expliquée par la force des symboles dans les panneaux religieux qui témoigne cependant du désir scientifique des artistes au-delà de la vraisemblance naturelle.
Les temps de Dürer, Grünewald ou Cranach le Jeune seront plus rigoureux sans rien céder de leur génie. L’aspect méticuleux des aquarelles laisse certes présager d’un rendu botanique irréprochable, mais il s’agit bien de l’expression du peintre. Des petits coins de terre où poussent plusieurs espèces dessinées avec précision et goût. Le sens esthétique ne fait nullement défaut sur ces feuilles.
La différence est d’ailleurs flagrante lorsque le regard tombe sur les planches austères de Weiditz ou Besler. La plante y est représentée toutes racines dehors, de face, de profil, la fleur en bouton, puis éclose : un vrai portrait criminologique. Seul l’arrangement des feuilles et la disposition des sujets pouvaient souffrir quelques subtiles libertés.
L’art du peintre n’en est alors que plus flagrant. L’Allemand Basilius Besler se fit une véritable spécialité de cet exercice et réalisa mille quatre-vingt-quatre illustrations individuelles des plantes poussant dans le jardin du prince Johann Conrad von Gemmingen à Eichstätt en 1613. À l’époque, l’endroit jouissait d’une forte renommée en raison du nombre de plantes très rares qui y poussaient : tulipes, roses, jacinthes en témoignent pour l’éternité dans le volumineux inventaire de Besler.

Klee des champs
En termes de collection végétale, l’expédition d’Alexander von Homboldt et Aimé Bonpland en Amérique à partir de 1799, au nom du « progrès de la philosophie naturelle », permit de constituer la collection la plus importante au monde de spécimens collectés. Trois mille des six mille espèces exotiques n’étaient d’ailleurs pas encore répertoriées !
Humboldt et Bonpland constituaient non seulement des herbiers, mais ils dessinaient également des planches dont certaines sont exposées comme ce petit plant de tomate ramené d’Amérique du Sud. Et les graines qu’ils rapportèrent firent la richesse de nombreux jardins européens.  Goethe, n’étant pas animé d’une fibre strictement scientifique, collectionna et dessina avec systématisme les feuilles de plantes entre 1785 et 1787. Il a ainsi répertorié pas moins de mille trois cents espèces en mille neuf cents planches.
Une pratique avec laquelle renoua Paul Klee en 1930 avec plus de modestie (cinquante-sept planches), collant le fruit de ses trouvailles sur des feuilles peintes en noir, brisant ainsi l’orthodoxie des naturalistes. De 1924 à 1934, il s’attela également à peindre son Théâtre botanique (collection privée) et de nombreuses autres fantaisies végétales.
Ses jardins se prêtaient à ses réflexions et recherches sur la métamorphose, la croissance et la mort, liant les théories de Darwin sur l’évolution des espèces à sa connaissance des planches illustrées du savant du xixe siècle Haeckel, malheureusement absentes de l’exposition.
Ainsi, les jardins de papier et de toile des peintres se distinguent très nettement des planches quasi chirurgicales des spécialistes. D’ailleurs Paul Klee n’a pas signé son herbier.

Autour de l’exposition

Informations pratiques « The Painter´s Garden » jusqu’au 11 mars 2007. Musée Städel, Schaumainkai 63, Frankfurt am Main. Ouvert le mardi et du vendredi au dimanche de 10 h à 18 h, le mercredi et le jeudi de 10 h à 21 h. Tarifs : 10 et 8 €. Tél. 00 496 90 60 50 980, www.staedelmuseum.de

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°588 du 1 février 2007, avec le titre suivant : La botanique, ce jardin de papier...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque