Dimanche 25 février 2018

Indoor, acte II

L'ŒIL

Le 7 juillet 2008

Le projet est ambitieux : poursuivre le dialogue ouvert lors de la dernière Documenta. On se souvient que Catherine David avait alors produit une manifestation qui avait irrité nombre de nos fringants commissaires et séduit les plus exigeants intellectuels et philosophes par la qualité de son dialogue entre la production artistique et les grands problèmes de cette fin de siècle. « Indoor » est une exposition qui part à la conquête du musée, une exposition qui refuse de voir les spectateurs déambuler passivement devant des œuvres. Or, combien de manifestations proclament leur volonté d’inscrire la vie au sein des institutions avant de se muer en simple machine à la gloire des commissaires. Ici, le visiteur ne peut qu’être surpris par la qualité des propositions artistiques. « Indoor » est initialement un projet de réflexion et de collaboration entre des artistes issus de milieux et d’horizons géographiques différents. Prévue sur trois ans, l’expérience a débuté en Italie durant l’été 1998 et se poursuit à Lyon, avec notamment Michelangelo Pistoletto, Jimmie Durham, Mario Airo et Fabrice Hybert qui proposent des œuvres à la lisière de disciplines diverses (danse, installation, musique, poésie...). Dans le musée, une autre exposition consacrée à Robert Morris semble répondre à cet ensemble expérimental. De cette juxtaposition fortuite naît un dialogue déroutant et fort instructif sur les possibilités contemporaines d’une régénération du concept d’œuvre d’art.

LYON, Musée d’Art contemporain, jusqu’au 5 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°508 du 1 juillet 1999, avec le titre suivant : Indoor, acte II

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque