Vendredi 4 décembre 2020

Musée de Grenoble

À Grenoble, l’avant-garde russe

Jusqu’au 13 juin 2011

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 17 février 2011 - 312 mots

Chagall et l’avant-garde russe, exposition « hors-les-murs » du Centre Pompidou, met à l’honneur une période particulièrement féconde de l’histoire de l’art du premier tiers du xxe siècle, avec plus de cent cinquante œuvres issues des collections du Musée national d’art moderne (peintures, sculptures, dessins, gravures, photographies, affiches, décors de théâtre, reliefs et constructions).

Particulièrement riche en réalisations de Chagall, de Kandinsky et de Malevitch, le fonds avant-garde russe du Centre Pompidou, présenté ici pour la première fois dans son intégralité, s’est considérablement enrichi de dons, legs et acquisitions depuis la mémorable exposition « Paris-Moscou » de 1979.
Des peintures de jeunesse de Chagall réalisées à Vitebsk et à Saint-Pétersbourg ouvrent le parcours. Sensible à la culture populaire et nourri de spiritualité juive hassidique, le peintre se libère de toutes contraintes d’échelle et de perspective (En avant, en avant, 1918). D’autres artistes tels Mikhaïl Larionov (Portrait de V.E. Tatline, 1913) ou Natalia Gontcharova (Les Porteuses, 1911) élaborent un style néo-primitiviste, parfois mâtiné de cubisme, très loin des canons académiques. Également intéressé par l’art populaire et la peinture religieuse russe, Kandinsky s’oriente progressivement vers la disparition du sujet (Improvisation III, 1909).  
Singulièrement fébriles, les années précédant la révolution soviétique voient émerger le rayonnisme et le cubo-futurisme (encore Larionov et Gontcharova), tandis que Chagall découvre le cubisme et Delaunay lors de son premier séjour parisien.  La salle consacrée à l’avènement du suprématisme en 1915 réunit autour de la fameuse Croix noire (1915) sur fond blanc plusieurs autres toiles de Malevitch, mais aussi de Lissitzky et de Pougny. Le constructivisme et des projets concernant l’architecture, le cinéma, le théâtre (décors de Kandinsky, d’Alexandra Exter et de Chagall) concluent cette mise en perspective des temps forts d’une avant-garde russe particulièrement active en ce début de xxe siècle.

« Chagall et l’avant-garde russe »,

musée de Grenoble, 5, place de Lavalette, Grenoble ,www.museedegrenoble.fr , jusqu’au 13 juin 2011.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°633 du 1 mars 2011, avec le titre suivant : À Grenoble, l’avant-garde russe

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque