Musée des Beaux-Arts, Québec

Foule sentimentale

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 28 octobre 2009

Comment exprimer « la valeur de l’émotion dans l’art contemporain » ?

Vaste sujet auquel s’est frotté avec délectation le couple de commissaires Nathalie Blois et Frank Lamy, scellant une histoire d’amour amicale entre le Québec et le France via le musée des Beaux-Arts de Québec et le MacVal de Vitry-sur-Seine.
Les beaux et grands sentiments sont ainsi au rendez-vous au fil des œuvres de trente-deux artistes français, canadiens, mais pas seulement, puisqu’on compte aussi Félix Gonzalez-Torres, Andy Warhol ou Pipilotti Rist. En passant par tous les états de la passion amoureuse, des plus joyeux jusqu’au dépit et au désespoir, l’exposition qui viendra l’an prochain en France, explore un sujet hétérogène et évite l’écueil du fleur bleue. Bas Jan Ader, dans un film muet et noir et blanc (I Am Too Sad to Tell You, 1971), pleure à chaudes larmes et fait montre d’une affliction poignante tandis que le tandem Abramovic et Ulay jouent à l’amour vache (Rest Energy, 1980), l’amour à mort même, une flèche pointée sur le cœur de l’artiste dans une performance historique à bout de nerfs.
Des « patins » filmés par Warhol (Kiss, 1963) au ballet délicieusement sentimental de deux oiseaux inséparables filmés par François-Xavier Courrèges (Another Paradise, 2005), la thématique montre que les grands sentiments n’ont cessé de traverser l’histoire de l’art jusqu’aux moments les plus contemporains. Le musée québécois ira même jusqu’à les célébrer les 13 et 14 novembre prochains. Mais faut-il un jour spécial pour cela ?

« Emporte-moi, Sweep Me off my Feet », musée des Beaux-Arts, Québec (Canada), www.mnba.qc.ca, jusqu’au 13 décembre 2009.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°618 du 1 novembre 2009, avec le titre suivant : Foule sentimentale

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque