Dimanche 21 octobre 2018

musée

Des papiers d’exception

L'ŒIL

Le 1 septembre 2000 - 211 mots

Œuvres d’une extrême fragilité, les dessins nécessitent des conditions de conservation préventive particulièrement drastiques. C’est sans doute la raison qui a conduit le Museum of Art de Cleveland à toujours repousser, depuis son ouverture en 1916, l’organisation d’une vaste exposition itinérante de ses chefs-d’œuvre sur papier. « Notre collection de 2700 dessins n’est pas extrêmement importante comparée à celle des autres grands musées américains qui en conservent 30 000 voire 50 000. Mais chacune de nos œuvres est une pièce d’exception.» À en juger la sélection présentée successivement à Cleveland, Ottawa et New York, on ne mettra pas en doute l’avis de Katharine Lee Reid, la directrice de cette institution. Les points d’orgue de cette présentation tant attendue sont sans doute Les Funérailles de saint Stéphane de Fra Filippo Lippi, un Nu masculin de Michel Ange et Le Bras d’Ève de Albrecht Dürer, qui prennent place parmi 120 pièces datées du XVe siècle à 1965. Loin des pures prouesses techniques ou des simples projets préparatoires, l’ensemble illustre parfaitement la façon dont Matisse concevait le dessin. « Je ne l’ai jamais considéré comme un exercice d’adresse, mais comme le moyen d’expression privilégié des états d’âme les plus subtils et des sentiments les plus exacerbés. »

CLEVELAND, Museum of Art, jusqu’au 15 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°519 du 1 septembre 2000, avec le titre suivant : Des papiers d’exception

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque