De Bucher à Jaeger

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 28 octobre 2008

Encore une nouvelle galerie dans le Marais ? Oui, mais le goût pour l’art n’est pas nouveau dans la famille Jaeger. Il remonte à 1925, date à laquelle Madame Jeanne Bucher ouvre une galerie dans le VIe arrondissement de Paris. Elle y promeut ses contemporains de l’époque qui sont Arp, Braque, Giacometti, Picasso ou Tanguy… tout en étant l’une des premières à montrer de l’art primitif.

Deux générations plus tard, Véronique et Frédéric Jaeger dirigent la galerie. Mais Véronique sent naître en elle comme un feu sacré qui la pousse vers « un esprit de découverte et de recherche d’origine. » Tandis que son frère se consacre aux artistes historiques de la galerie, Véronique s’ouvre aux plus jeunes talents dans un espace rue Saintonge qu’elle fait entièrement rénover par l’architecte Dominique Perrault. Les 600 m2 sont dédiés aux neuf nouveaux artistes de la galerie, dont la première exposition collective présente un avant-goût. « Si certains avaient déjà été présentés rue de Seine, comme Susumu Shingu, c’est dans ce nouvel espace et avec une grande hauteur sous plafond qu’ils vont rayonner le plus. »

Véronique Jaeger ne s’inscrit pas dans l’atmosphère branchée et le jeunisme absolu de son nouveau quartier, mais adoube « des travaux profonds qui la passionnent ». Son programme révèle des artistes internationaux qui témoignent d’une veine sensible, plutôt tournée vers l’abstraction, à l’exemple de Fabienne Verdier, Paul Wallach ou Michael Biberstein.

« Expansion-résonance », galerie Jaeger-Bucher, 5-7, rue de Saintonge, Paris IIIe
www.galeriejaegerbucher.com, jusqu’au 20 décembre 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°607 du 1 novembre 2008, avec le titre suivant : De Bucher à Jaeger

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque