Lundi 17 décembre 2018

Côté soleil

L'ŒIL

Le 1 juin 2005 - 465 mots

Cent cinquante œuvres et soixante artistes composent cette exposition marseillaise centrée sur le paysage provençal et l’influence de la lumière du Midi dans la peinture.

Comment évoquer Cézanne sans penser à la montagne Sainte-Victoire, Van Gogh sans se souvenir d’Arles, Derain ou Matisse sans les imaginer à Collioure ? Si ces figures du post-impressionnisme et acteurs de la modernité nous viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on se penche sur les rapports entretenus entre les peintres et le Sud, l’exposition estivale du musée de la Vieille Charité propose une vision plus vaste en se penchant sur la période 1750-1920. Véritable hymne à la nature, « Sous le soleil, exactement » déroule, en se concentrant sur le paysage provençal, tout un pan de l’histoire de l’art, de Joseph Vernet à Braque. Soit un large panorama pictural qui embrasse les principaux courants artistiques, du classicisme au cubisme en passant par le naturalisme, le romantisme, l’impressionnisme, le post-impressionnisme ou le fauvisme, en soulignant les innovations et les ruptures. À l’instar de « Méditerranée », l’exposition montée au Grand Palais en 2000-2001 (cf. L’Œil n° 520), celle-ci offre l’occasion de réunir des œuvres de qualité autour d’un thème pour le moins fédérateur. Sous son apparente banalité, force est de reconnaître que ce sujet est indissociable de l’évolution de l’histoire de la peinture, en jouant un rôle particulier dans l’émergence de l’art moderne. La lumière crue, les tonalités franches et contrastées du Midi trouvent leur plus bel écho dans la peinture explosive des fauves, au travers de paysages d’une grande force expressive née de l’exaltation des couleurs.

Un parcours historique
Construite selon un parcours chronologique, l’exposition s’ouvre sur un bel ensemble d’œuvres du XVIIIe autour de Joseph Vernet, maître incontesté du paysage, et de son imposante Entrée dans le port de Marseille (1754), l’une des quinze toiles de la série des ports de France conservées au musée du Louvre. Le XIXe siècle est bien représenté par des artistes de l’école de Marseille (Émile Loubon, Paul Guigou…) et par des toiles des plus grands artistes de la fin du siècle et du début du xxe. Renoir (Rochers à l’Estaque), Van Gogh – Les Grands Platanes aux lignes sinueuses et à la lumière dorée –, la Pinède à Cassis de Derain, Braque ou Dufy : la liste est prestigieuse et les œuvres soigneusement choisies. Grâce à de nombreux prêts d’institutions françaises et étrangères, ce sont plus de cent cinquante œuvres et soixante artistes qui sont rassemblés dans cette exposition coproduite par le musée des Beaux-Arts de Montréal. À voir pour le simple plaisir des yeux.

« Sous le soleil, exactement », MARSEILLE (13), centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, IIe, tél. 04 91 14 58 80, 19 mai-21 août, cat. musée des Beaux-Arts de Montréal/musées de Marseille/Snoeck. L’exposition sera ensuite présentée de septembre 2005 à janvier 2006 au musée des Beaux-Arts de Montréal.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°570 du 1 juin 2005, avec le titre suivant : Côté soleil

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque