Dimanche 25 octobre 2020

New York (États-Unis)

Capa prend des couleurs

International Center of Photography. Jusqu’au 4 mai 2014

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 16 avril 2014 - 236 mots

Exposition comprise dans la célébration du centenaire de la naissance de Robert Capa amorcée en octobre 2013, « Capa en couleurs » tranche avec la figure héroïque du photojournaliste intrépide, jamais assez près de son sujet.

C’est la Chine, que le photographe capte d’abord en couleurs grâce aux pellicules Kodak en 1938. Peu de ses images seront publiées, la presse préférant encore le noir et blanc. Capa s’accroche toutefois à la couleur, livrant des images de troupes presque incongrues par leur chromatisme joyeux. Mais les procédés qui nécessitent d’envoyer le film dans les laboratoires de la firme avant que l’auteur ne le récupère s’avèrent trop fastidieux dans le contexte des « nouvelles du front ». Capa utilisera donc la couleur après la guerre dans des reportages légers réalisés sur des plateaux de tournage, des stations de ski, des villes balnéaires, documentant la Russie, Picasso, Hemingway, Paris, le Japon ou Londres. Mais le « vrai travail » lui manque. Il demande à repartir en 1954 en Indochine, une mission qui lui sera fatale. Restent ses reportages que la couleur rend triviaux. Les images sont divertissantes, mais peu obtiennent la puissance que Capa atteint avec le noir et blanc : la vision d’un cimetière nazi en Tunisie en 1943, avec les croix de guerre comme brûlées par le soleil, est une de ses rares réussites. Et l’exposition rend finalement un hommage assez ambigu à cette incarnation du photojournalisme.

« Capa in Colors »

International Center of Photography, 1133 Avenue of the Americas, New York (États-Unis)
www.icp.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°668 du 1 mai 2014, avec le titre suivant : Capa prend des couleurs

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque