Bailly-Maître-Grand

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 30 mai 2008

Photographe, Patrick Bailly-Maître-Grand (PBMG) l’est au sens le plus accompli du mot et si, comme on le dit souvent, celui de magicien est le plus approprié à qualifier un artiste, alors cela lui va comme un gant.

Féru des principes chimiques, mécaniques ou technologiques qui participent à régler l’apparition, la composition et la création d’une image, PBMG est passé maître en la matière. Il faut l’écouter vous décrire les processus qu’il met en œuvre pour réaliser telle ou telle série : c’est chaque fois comme s’il vous faisait le compte rendu d’une découverte. Enthousiasme de la première heure et précision scientifique à la clé !
À la lumière, PBMG doit tout. Elle est chez lui le vecteur directeur de son travail. C’est elle qui le gouverne dans le choix des sujets comme dans celui de la technique employée. Les rapports que l’artiste entretient avec elle tiennent tant de l’affect que du mental car il n’a de cesse d’être à son affût. Il lui court après, la fait danser sur les objets les plus inattendus, lui fait rendre toutes sortes de reflets, l’immerge dans des bains sulfureux, la diffracte, la capte, la libère, bref il ne cesse d’en jouer.
Comme le montre l’ouvrage intitulé Petites Cosmogonies, que viennent de publier les éditions Mardaga, l’œuvre de PBMG offre à voir une foule de motifs iconographiques : visages, objets de toutes sortes, insectes, vêtements, explosions, éclaboussements, murs, vanités, miroirs, etc. Depuis près de trente ans, l’artiste décline son œuvre sur le mode de la série, en petites quantités, multipliant les processus techniques de révélation.
Ses deux expositions, à Paris et au Luxembourg, sont un vrai régal pour les yeux et pour l’esprit. Elles témoignent de l’extraordinaire liberté d’invention d’un artiste qui se tient à l’écart des effets de mode mais dont l’œuvre occupe une place de premier rang. C’est qu’à l’encontre du tohu-bohu des images trop souvent à l’avant-scène, celles de Patrick Bailly-Maître-Grand ont cette extrême et discrète qualité de petits haïkus.

Voir

« Patrick Bailly-Maître-Grand », Galerie Baudoin Lebon, 38, rue Sainte-Croix-de-la Bretonnerie, Paris IVe, tél. 01 42 72 09 10, jusqu’au 14 juin ; et Galerie Lucien Schweitzer, 24, avenue Monterey, Luxembourg, tél. 00 352 23 61 656, jusqu’au 28 juin 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°603 du 1 juin 2008, avec le titre suivant : Bailly-Maître-Grand

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque