Mercredi 19 décembre 2018

Primitifs italiens

Avignon, terre de Sienne

La Pinacothèque de Sienne et le Petit Palais d’Avignon s’associent pour démontrer l’influence de Simone Martini sur la peinture siennoise

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 29 septembre 2009 - 532 mots

AVIGNON - Depuis quelques années, la Pinacothèque nationale de Sienne (Italie) s’intéresse aux peintres siennois dans les collections européennes.

Il y a un an et demi, le musée italien présentait les fleurons siennois de la collection du Musée Lindenau à Altenburg (Allemagne). Et, lorsqu’Anna-Maria Guiducci, directrice de la Pinacothèque, sollicite Dominique Vingtain, son homologue au Petit Palais d’Avignon, les deux musées s’accordent sur le principe : dépositaire d’exceptionnels tableaux primitifs de la collection Campana venant du Musée du Louvre, Avignon prêtera entre vingt-cinq et trente toiles à Sienne, qui s’engage à lui rendre la pareille. Une entente cordiale qui semble couler de source – rappelons que les deux villes sont jumelées depuis 1962. Le projet italien en étant encore au stade préparatoire, l’exposition avignonnaise inaugure cet échange transalpin. Simone Martini a vécu à Avignon de 1336 jusqu’à sa mort en 1344. Il était alors un artiste confirmé. « L’héritage artistique de Simone Martini. Avignon-Sienne » se borne cependant à démontrer l’influence du maître sur les peintres siennois, dont certains ont intégré la leçon sur place, à Avignon, avant de revenir en Italie. Un propos volontairement circonscrit par les deux commissaires – une rétrospective rêvée sur la production artistique à la cour des papes ne pourra être organisée que lorsque la Ville s’en donnera les moyens. Le parcours chronologique s’ouvre donc sur deux Vierge à l’Enfant magistrales de Martini, avec notamment celle de la paroisse de Lucignano D’Arbia (en dépôt à la Pinacothèque), redécouverte après restauration en 1956 sous une peinture du XVIe siècle. Surgissant telle une apparition, le visage quasiment abstrait de la Madone rayonne d’une douceur inédite. Visiblement perméable à cette stylisation, Lippo Memmi (ou est-ce son frère Federico ?), le collaborateur le plus proche de Martini, a recours à cette même économie de moyens pour figurer les traits de sa sainte Madeleine dans le polyptyque de l’église San Paolo à Ripa d’Arno, près de Pise. Et ainsi de plusieurs aspects de la peinture de Martini, telle l’impression de mouvement insufflé à l’enfant Jésus (toujours chez Lippo Memmi), le poinçonnage du fond d’or (chez les Lorenzetti), le traitement des étoffes, le sens de la narration ou encore l’expressivité des visages et des corps… Outre son impact artistique, l’exposition aborde cet héritage d’un point de vue historique. Le développement des « retables de poche » a ainsi contribué à la diffusion d’un style « Simone Martini ». Et nombreux ont été ceux qui se sont réclamés de la tradition de Martini. Les artistes des années 1350, traumatisés par la peste noire et ne disposant d’aucun chef de file avéré, se réfugiaient dans la tradition pour se souvenir des heures paisibles et prospères, tandis que les peintres conservateurs de la fin du siècle trahissaient un élitisme et une aversion certaine pour les progrès de la Renaissance. Fort instructive et didactique à souhait, cette exposition du Petit Palais est la première d’une série de collaborations entre Avignon et Sienne. On a hâte de découvrir la prochaine.

L’HÉRITAGE ARTISTIQUE DE SIMONE MARTINI. AVIGNON-SIENNE, jusqu’au 30 novembre, Musée du Petit Palais, Palais des archevêques, 84000 Avignon, tél. 04 90 86 44 58, www.avignon.fr, tlj sauf mardi 10h-13h et 14h-18h. Catalogue, 112 p., 19 euros, ISBN 978-2-9504665-0-1.

SIMONE MARTINI
Commissaires : Dominique Vingtain, directrice du Musée du Petit Palais d’Avignon ; Anna-Maria Guiducci, directrice de la Pinacothèque nationale de Sienne
Nombre d’œuvres : 39 tableaux issus des collections de la Pinacothèque de Sienne (25) et du Musée du Petit Palais (14)
Scénographie : Saluces, Avignon

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°310 du 2 octobre 2009, avec le titre suivant : Avignon, terre de Sienne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque