Vendredi 19 octobre 2018

L’Annonciade, Saint-Tropez Jusqu’au 21 juin 2010

Auguste Rodin, le coloriste de Saint-Tropez

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 18 mai 2010 - 381 mots

Rodin à Saint-Tropez ! L’idée ne manque pas d’être surprenante.

Rodin et la couleur ! Le propos peut paraître quelque peu décalé. Et pourtant… Il suffit de se rappeler le rôle déterminant qu’a joué la lumière de la côte méditerranéenne dans l’avènement du fauvisme. Il suffit de s’attarder plus que de coutume sur la production dessinée du sculpteur. Il suffit enfin de lier tout cela dans l’unité d’une époque : les dix premières années du xxe siècle, et dans l’unité d’un lieu : le musée de l’Annonciade, pour que tout prenne sens.

Les dessins à l’aquarelle que Rodin a exécutés dans les vingt dernières années de sa vie ont en effet exercé une influence considérable sur la génération des Matisse, Derain, Marquet et autres consorts. L’artiste y fait preuve non seulement d’une extrême simplicité graphique et d’une rare sensualité formelle, mais il use de la couleur de façon totalement innovante, dans un rapport au trait et à la feuille qui les déborde de plus en plus au fil du temps. Par ailleurs, il en fait usage a contrario même de la nature de la technique qui relève ordinairement d’un protocole de travail instantané, voire empirique. Rodin, quant à lui, contrôle tout, dirige tout, et se sert de la couleur comme correcteur du tracé au crayon. De la sorte, il ne laisse rien au hasard et, en cela, ses dessins sont des œuvres à part entière et non des études préparatoires pour tel ou tel projet.

Si le trait lui sert à définir et repérer – au sens géométrique du terme – la figure en surface du champ iconique, c’est la couleur qui l’incarne, lui donne son existence. Tant il est vrai que l’art de Rodin ne relève pas d’une problématique de la représentation, mais de la présence. Comme il en est dans la sculpture, et c’est la couleur qui, dans ses dessins, lui permet de la révéler. De lui donner corps pour ce que la couleur est la chair. « Mes dessins sont la clef de mon œuvre », disait Rodin. Ils sont surtout le moyen d’atteindre à cette vérité nue vers laquelle toute son œuvre tend.

« Rodin et la couleur », l’Annonciade, musée de Saint-Tropez, place Grammont, Saint-Tropez (83), tél. 04 94 17 84 10, jusqu’au 21 juin 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°625 du 1 juin 2010, avec le titre suivant : Auguste Rodin, le coloriste de Saint-Tropez

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque