Au premier siècle de l’Empire romain

L'ŒIL

Le 1 octobre 2005

L’exposition proposée au musée Saint-Raymond se révèle intéressante à plusieurs égards. D’abord parce qu’elle met en lumière un fonds exemplaire de portraits du premier siècle de l’Empire romain (période julio-claudienne, 31 av. J.-C.-68 ap. J.-C.) conservé à Toulouse, qui constitue la seconde collection de ce type après celle du musée du Louvre. Ensuite parce qu’elle permet de faire le point sur l’étude scientifique et les recherches menées sur ces œuvres antiques. À l’origine de cette présentation est la publication d’un catalogue raisonné, le premier d’une série de six ouvrages recensant l’intégralité des portraits romains découverts dans la villa de Chiragan à Martres-Tolosane, en Haute-Garonne. Les pièces retrouvées à Chiragan – dont une Tête d’Auguste couronnée de chêne, probablement l’un des plus beaux portraits du fondateur de l’Empire – sont ici montrées aux côtés de sculptures provenant d’autres sites. Parmi les plus remarquables, on retiendra un Portrait d’Auguste découvert à Éauze (Gers) et une belle Tête d’Octave provenant de Béziers. Portraits officiels sculptés dans les plus grands ateliers de Rome, portraits provinciaux inspirés de l’art de ces derniers, pièces de monnaie à l’effigie de l’Empereur, antéfixes et objets d’époque, vaisselle ou lampes à huile, composent cette exposition qui privilégie la rigueur scientifique – faisant état des incertitudes d’identification, de provenance ou de datations de certaines œuvres – au spectaculaire, en rassemblant des pièces rares d’une grande qualité.

« Portraits du premier siècle de l’Empire romain », TOULOUSE (31), musée Saint- Raymond, musée des Antiques de Toulouse, place Saint-Sernin, tél. 05 61 22 31 44, jusqu’au 29 janvier.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°573 du 1 octobre 2005, avec le titre suivant : Au premier siècle de l’Empire romain

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque