Albert Marquet

De l’eau douce à l’eau de mer

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 21 novembre 2008

Une exposition peut faire ricochet et en entraîner une autre.

Ainsi les vues d’eau douce d’Albert Marquet, proposées par le musée Carnavalet en 2004, ont conduit la commissaire Véronique Alemany à s’intéresser à l’aspect maritime de son œuvre. Avec plus de cent quatre-vingts œuvres, son accrochage ne se révèle ni chronologique ni géographique, mais propose de suivre l’appropriation de la mer par l’artiste, une source de bien-être autant que d’inspiration. « Albert Marquet est un peintre de série. Il ressent immédiatement ce qui fait la force d’un paysage et le synthétise. Il marque dans son esprit de géomètre et dans sa sensibilité d’artiste certains éléments qui, comme chez Proust, vont devenir récurrents. Sa manière de voir, de se positionner et de construire sont les fils conducteurs de cette exposition, tout comme son cadrage photographique qui fut peu étudié par les historiens. »
Pour illustrer cette cohérence, plusieurs vues brumeuses des ports du Nord ont par exemple été accrochées ensemble. La matière, l’atmosphère et la sensibilité pour le paysage sont très proches. Tout comme des toiles exécutées à Alger ou en Normandie s’avèrent identiques dans leur composition. Car ce peintre, né en 1875, ne s’attachait pas à représenter les archétypes touristiques de chaque lieu, mais une vision construite et synthétique, presque conceptuelle, de l’espace et de la lumière. Il avait été à bonne école avec son professeur Gustave Moreau qui enseignait comment mémoriser les formes avant de les jeter sur le papier.
Un autre point fort de cette exposition est la série d’œuvres graphiques provenant pour la majorité de collections privées françaises. Des inédits qui semblent encore plus intéressants que les toiles et donnent à voir toute la genèse de l’œuvre. L’ensemble laisse la même impression que celle ressentie face à une mer d’huile, en parfaite adéquation avec le tempérament de cet homme calme et discret.

Voir

« Albert Marquet, Itinéraires maritimes », Musée national de la Marine, Palais de Chaillot
17, place du Trocadéro, Paris XVIe
www.musee-marine.fr
jusqu’au 2 février 2009.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°608 du 1 décembre 2008, avec le titre suivant : Albert Marquet

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque