Mercredi 20 novembre 2019

10 jan. - 23 fév. 2008

Paris Galerie Jean Fournier

Stéphane Bordarier

La peinture – coulant par endroits sur la tranche du tableau - semble déborder du cadre pour venir nous prendre la main et le regard. Dans ses huit pièces intitulées Sans titre (2007, 7 grands formats, dans les 120 x 480 cm et 1 moyen, 40 x 120), il se joue tout un jeu éminemment subtil de variations chromatiques, de correspondances formelles, de passages et de ruptures entre les éléments.

Quand on y regarde de plus près, cette peinture réalisée à l’huile avec de la colle de peau et de gros pinceaux n’est point traitée en aplats ou en monochromes lambdas. Ca bouge, ça vibre, c’est kiffant ! Le champ chromatique semble quelque peu mouvant car des passerelles entre les toiles, des coups de pinceaux parfois apparents et des matités et autres embus créent à la fois une frontalité d’apparat et une profondeur de champ. Notre œil se balade alors dans ces espaces aux coloris limités (rouge primaire, pourpre, violet de Mars, bleu outremer saturé) pour bientôt s’enfoncer dans la couleur et, ainsi, goûter à sa plénitude zen. C’est beau, tout simplement.

Voilà bien une peinture riche de sensations et d’impressions soleil levant, on y sent le Sud (le peintre est de Nîmes) et on pense bientôt à la fameuse phrase d’Alberti (d’ailleurs Bordarier est fasciné par le Quattrocento) : « la peinture comme fenêtre » ouverte sur le monde. Dans un coin de l’expo, face à toutes ces surfaces lumineuses hautes en couleur, une sorte de temps suspendu s’est alors présenté à moi, mâtiné d’un petit parfum d’éternité. Oui, c’est en ça qu’on reconnaît un peintre, dans sa capacité à créer une présence, un être-là sur la surface de la toile. N’hésitez pas une seconde, allez voir cette expo classieuse, elle ne vous laissera pas de marbre. Au départ, la « froideur » de la galerie et le less is more pratiqué par Bordarier peuvent vous sembler hermétiques mais bientôt, en laissant le temps au temps (la contemplation permettant l’imprégnation par la couleur), eh bien cette peinture en extension vous nourrira au centuple et vous aurez vraiment eu l’impression de vivre une expérience à part, spirituelle, avec toutes ces toiles hautement vibrantes et habitées.

Vincent Delaury
Informations pratiques
GALERIE JEAN FOURNIER

22, rue du Bac
75007 Paris
France

Contact
+33 (0)1 42 97 44 00

www.galerie-jeanfournier.com
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque