18 juin. - 07 sep. 2008

Saint-Nazaire Life

Sonic Youth, etc. - Sensational Fix

On savait le groupe Sonic Youth passionné d’art contemporain, comme en témoigne un rapide passage en revue de leurs pochettes d’album : Daydream Nation (1988) signée Gerhard Richter, Goo (1990) dessinée par Raymond Pettibon, Dirty (1992) réalisée par Mike Kelley, ou encore Destroyed Room (2006), album de faces B reprenant une photo de Jeff Wall. On ne savait en revanche pas les quatre membres du groupe – Kim Gordon (basse), Thurston Moore (guitare), Lee Ronaldo (guitare) et Steve Shelley (batterie) – aussi exigeants, cohérents, pointus même, capables de fédérer une véritable scène artistique autour d’eux et de leur musique. « Sonic Youth etc », annonce le titre de l’exposition, le « etc » renvoyant, en plus des artistes déjà cités, à Dan Graham, Isa Genzken, Vito Acconci, Paul McCarthy, Tacita Dean, au cinéaste Gus van Sant... etc.

L’exposition nazairienne, à laquelle a collaboré Sonic Youth – « Comment en aurait-il pu être autrement ? », s’interroge le commissaire Roland Grœnenboom ; « Nous pensons déjà y ajouter des choses », a ajouté Kim Gordon – est dense, difficile, mais surprenante. Organisée autour de six titres du groupe, elle réunit des « documents » qui témoignent de la suractivité transdisciplinaire des musiciens et d’œuvres de leurs copains artistes.

Dès l’entrée de l’exposition, Sans titre (le comble pour une exposition « musicale » !) de Christian Marclay, donne le « la » : 5000 disques vinyle jonchent le sol, et le visiteur doit les fouler s’il veut pénétrer dans l’alvéole 14 de l’ancienne base sous-marine. Plus loin, Piano Piece #13 enfonce le clou du spectacle. La vidéo montre les membres de Sonic Youth martelant les touches d’un piano droit à l’aide d’un marteau et de pointes. Entre ces deux expériences, angoissantes pour les mélomanes, s’enchaînent sans transitions des dessins à l’encre noire de Pettibon, un portrait « héroïque » de Jack Kerouac par Allan Ginsberg, Rue la salle d’Allan Vega, sculpture lumineuse représentant un crucifix bricolé de bric et de broc, et la série The Thousand Symphonies de Dick Higgins, suite de partitions vierges trouées par des impacts de balles ou rongées par le feu, à la manière de Fontana.

Ailleurs, les disques vinyles 45 tour de Michael Morley (You Pose You Lose) accrochés au mur apportent une note de couleur psychédélique à cette exposition aux tons très « sourds », comme cette photo documentaire en noir et blanc de Paula Court, prise en 1986, montrant Sonic Youth et leur ami Mike Kelley sur scène exécutant une performance.

Après cette exposition « rock », un petit passage par le centre d’art contemporain Le Grand café, situé à quelques centaines de mètres du Life, s’impose. Là, les bandes magnétiques (musicales ?) suspendues en l’air par le souffle de ventilateurs, par l’artiste lithuanien Zilvinas Kempinas tranchent avec l’univers « noise » du groupe américain. Le calme, après la tempête.

Informations pratiques
LIFE

Alvéole 14, base des sous-marins - bd de la légion d'honneur
44600 Saint-Nazaire
France

Contact
+33 (0)2 28 54 99 45

www.mairie-saintnazaire.fr/urbanisme-habitat/ville-port/le-life
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque