18 avr. - 05 juin. 2008

Paris Galerie Lara Vincy

Jean-Luc Parant - "(L)ivre de nuit"

Il y a une très belle luminosité dans cette galerie, ce qui permet de se pencher sur les œuvres pour y goûter, entre autres, le travail de la matière (œuvres en terre cuite, cire ou papier). Dans la première salle, on a une compilation de livres en terre cuite – vendus, pièce (2006), dans les 400 € - qui court sur les murs telle une frise et qui fait un peu penser à une série de Tables de la Loi enfantines. On y trouve une écriture onirique évoquant le monde (« Quand les ronds sont comme une main posée sur les mots, les mots sont des yeux ») et des dessins naïfs – par exemple des empreintes de mains côtoient cette légende : « le tour de mes mains ». On passe ensuite dans une petite pièce à côté, plus intéressante à mes yeux, consacrée à des bibliothèques « touchables » et jumelles - installées côte à côte ou se faisant face. Les étagères, comme tout ce qui s’y trouve (livres, boules, objets), sont faites en cire ou en papier.

Histoire peut-être de boucler la boucle, car on finit au bout d’un moment par tourner en rond avec toutes ces boules globe-trotters qui s’immiscent partout !, on a des étagères sous vitrine nous présentant l’œuvre littéraire de Parant, on y croise des titres poétiques tels que Les Yeux ouverts, Le Livre des yeux, A Boulevue ou encore Cent mille et une boules. Roulement, propagation, saturation de l’espace, voilà en gros l’impression que donne (L)ivre de nuit, 3ème expo de cet artiste singulier chez Lara Vincy, par contre je n’y trouve pas vraiment ce qui nous est décrit dans le papier explicatif, à savoir « une expérience tactile autant que mentale à travers la nuit de nos mains et de nos yeux : du toucher au touchable, et de la vue au visible. » C’est joliment dit mais c’est plus dit que (dé)montré - dommage. Entre nous, les œuvres ont un côté cheap un peu gênant (OK, c’est voulu par l’artiste qui ne parle jamais d’art concernant sa pratique répétitive mais d’artisanat, « Je fais participer ma famille et même mes amis à la fabrication de mes boules. »). Au final, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit d’une œuvre prolifique plus intéressante dans l’idée, dans la démarche que dans ce qui nous est véritablement donné à voir. Autre petit regret, ses dessins, facétieux et mystérieux, sont vraiment très intéressants mais il y en a trop peu d’exposés. Bref, c’est une expo agréable à parcourir mais qui n’a vraiment rien de transcendant.

Informations pratiques
GALERIE LARA VINCY

47, rue de Seine
75006 Paris
France

Contact
+33 (0)1 43 26 72 51

www.lara-vincy.com
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque