17 sep. - 05 jan. 08-09

Paris Centre Pompidou - Musée national d'art moderne

Jacques Villeglé - La comédie urbaine

Bref notre œil, au-delà du ravissement de ce qui est proposé (plus d’une centaine d’œuvres des années 40 à nos jours de cet artiste du Nouveau Réalisme, né en 1926), est titillé par une myriade de couleurs, de mots et d’images qui témoignent de la beauté du chaos urbain. Ce « promeneur cueilleur », qui cherche à tenir le journal du macadam et à révéler la « guérilla des signes », voit dans ces « peaux des villes » que sont ses affiches lacérées le parcours du flâneur dans la cité.

Sans hésiter, je vous invite à vous promener dans cette expo monographique, 1ère grande rétrospective en France de cet artiste qui, soit dit en passant, est l’un de nos rares plasticiens français vivants à être exposés en permanence au MOMA de New York. Après Buren, Calle et Messager, Beaubourg, avec cette expo, n’oublie pas de fêter un de nos artistes contemporains, tant mieux, il était temps, et on ne peut que saluer cette célébration mettant en haut de l’affiche un créateur français en route « pour le succès de la France », slogan publicitaire croisé, non sans malice, dans l’œuvre exposée Boulevard de la Chapelle, 20 nov. 1965. Développé en 9 séquences très cohérentes, le parcours thématique va de l’éclatement typographique des débuts jusqu’aux récentes compositions kaléidoscopiques issues d’affiches de concerts.

Bien sûr, c’est très bien de croiser des œuvres historiques de Villeglé (je pense notamment à ses grandes affiches « interposées » de la salle 4, La couleur déchirée, qui sont en fait de grandes compositions abstraites colorées sans l’usage des pinceaux), mais c’est aussi fort éclairant de découvrir ses recherches typographiques moins connues, notamment son Alphabet socio-politique décliné sur des ardoises d’écolier (salle 5), car c’est ici que l’on sent à quel point cette œuvre populaire, sismographe de nos réalités collectives, est au croisement du Nouveau Réalisme, du Lettrisme, de l’Internationale situationniste et de la street culture.

Les supports pédagogiques (panneaux explicatifs, cartels, dépliant, salle diffusant le film Un mythe dans la ville, 1974-2002) sont une très bonne aide pour la visite et la circulation aisée dans les salles permet de jouir au maximum de cette œuvre-palimpseste qui, au-delà de sa puissance esthétique, n’oublie jamais de se faire le révélateur de la vie, « comédie urbaine » ou non. Bref, allez voir cette expo au souffle libertaire, elle vaut largement le coup d’œil.

Informations pratiques
CENTRE POMPIDOU - MUSÉE NATIONAL D'ART MODERNE

Place Georges Pompidou
75004 Paris
France

Contact
+33 (0)1 44 78 12 33

www.centrepompidou.fr
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque