Vendredi 23 février 2018

Dossier

Législatives : y a-t-il un élan pour la culture ?

Grâce à son nouveau rythme de parution, le JdA a pu, avant le premier tour des législatives, interroger les principaux partis politiques sur des sujets intéressant son lectorat : budget de la culture, enseignement de l’histoire de l’art, engagement de l’État en faveur de l’art contemporain, marché de l’art. Des propositions concrètes ressortent des réponses, mais la langue de bois est souvent maniée, parfois pour masquer une surprenante méconnaissance des dossiers.

PARIS. Pour conforter le budget de la culture, le PS et le PC ont envie de puiser dans la cagnotte du Loto, le second proposant même une taxe de 2 %. Le RPR, dans une logique libérale, estime que la consommation de produits culturels sera soutenue par une baisse des impôts. Le Front national préfère pratiquer l’agression verbale plutôt que de répondre sur le fond. L’enseignement de l’histoire de l’art rallie tous les suffrages, mais hormis les Verts – qui proposent deux heures par semaine au minimum –, aucun parti ne dit concrètement comment il va s’y prendre. Le FN a raison, techniquement, de souligner que les livres d’histoire devront être \"aménagés\" mais, sous sa plume, ce souhait peut signifier tout autre chose. Le PS réaffirme la nécessité du \"plein soutien\" de l’État \"à la création artistique\" ; les Verts, le RPR sont plus modérés, le PC encore plus nuancé. Le FN joue les exclus en affirmant \"n’avoir pas été convié\" au débat sur l’art contem­porain. L’argent public doit-il financer l’indemnisation de la fin du monopole des commissaires-priseurs ? Les Verts sont contre, le PS sceptique, le RPR et le FN ne répondent pas à la question, comme le PC qui montre une parfaite méconnaissance du fonctionnement du marché de l’art. Vous lirez les réponses du responsable du secteur de la politique culturelle, membre du bureau national du PC, Bernard Vasseur, du délégué national à la culture du PS, Jacques Renard, du responsable de la commission culture des Verts, Jean-Claude Besson-Girard, du secrétaire général du RPR, Jean-François Mancel, et du président de l’Institut d’action culturelle du Front national, Bernard Antony. Les réponses de l’UDF nous sont malheureusement parvenues après le \"bouclage\" de ces pages intérieures.


Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque