Décès de l’artiste émirati Hassan Sharif

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 20 septembre 2016 - 536 mots

DUBAI (EMIRAT ARABES UNIS) [20.09.16] – Considéré comme « le père » de la scène contemporaine des Émirats Arabes Unis, Hassan Sharif s’est éteint dimanche 18 septembre des suites d’un cancer. En France, il était représenté par gb agency.

Sans doute le plus célèbre des artistes contemporains émiratis, sinon le pionnier de l’art conceptuel aux Émirats Arabes Unis, l’artiste Hassan Sharif est décédé dimanche 18 septembre à l’âge de 65 ans des suites d’un cancer.

Né en 1951 à Dubaï, Hassan Sharif a commencé sa carrière en tant que caricaturiste pour le journal Akhbar Dubai dans les années 70, peu de temps après la découverte du pétrole dans la région de Golfe. Ses dessins témoignent alors des évolutions fulgurantes de la ville et de la transformation de la société. En 1979, il obtient une bourse et par étudier au Royaume-Uni, d’abord à Leamington Spa puis à Londres, à la Byam Shaw School of Art (composante de la Central Saint Martins), dont il sort diplômé en 1984. Là, il découvre Duchamp et le mouvement Fluxus et commence à développer une approche singulière au moyen de photographies, de collages et de sculptures.

A cette démarche qui emprunte des règles mathématiques, s’ajoute un langage corporel (performances). En 1980, il fonde l’Emirates Fine Arts Society pour diffuser l’art conceptuel au Moyen-Orient et en 1984 la Al Marijah Art Atelier à Sharjah, un espace pour la création émergente.

En France, l’artiste est représenté depuis 2011 par gb agency, galerie fondée en 2001 par Solène Guillier et Nathalie Boutin. Cette dernière a salué « un monsieur très libre, très moderne, très seul dans son pays et qui a fait beaucoup de résistance ».

Egalement représenté par Alexander Gray Associates (New York) et Isabelle Van den Eynde (Dubaï), Hassan Sharif a bénéficié de nombreuses expositions personnelles. Son travail a été montré dans de multiples expositions collectives, parmi lesquelles : « Adventures of the Black Square: Abstract Art and Society 1915-2015 », à la Whitechapel Gallery de Londres (2015), « Une Histoire, Art, Architecture et Design, Des Années 80 à Aujourd’hui » au Musée National d'Art Moderne de Paris (2015) ; « Here and Elswhere » au New Museum de New York ou encore « Trade Routes » à la galerie Hauser & Wirth à Londres (2013). En 2011, une rétrospective organisée par Catherine David et Mohammed Kazem (« Hassan Sharif Experiments & Objects, 1979 – 2011 » a eu lieu au Qasr al-Hosn à Abou Dhabi et a fait l’objet d’une monographie. Exposé à plusieurs reprises à la biennale internationale de Sharjah, Hassan Sharif a également fait partie du jury de la manifestation en 1997, 1999 et 2003.

The National, le quotidien anglophone d’Abou Dhabi, rapporte de nombreux hommages rendus à l’artiste dans le milieu culturel émirati : la Sheikha Hoor Al Qasimi, fondatrice de la Sharjah Art Foundation et commissaire du pavillon émirati pour la 56e biennale de Venise, où elle avait choisi d’exposer Hassan Sharif avec 13 autres artistes, s’est dite « effondrée » par la nouvelle, tandis que le Sultan Sooud Al Qassimi, fondateur de la Barjeel Art Foundation, a salué un « géant de l’art émirati et du Moyen-Orient ». Les obsèques ont eu lieu à Dubaï lundi 19 septembre.

En savoir plus
Consulter la biographie de Hassan Sharif

Légendes Photos :
Hassan Sharif © Photo Maaziar Sadr - 2015 - Licence CC BY-SA 4.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque