Sotheby’s-Christie’s : en baisse

Le Journal des Arts

Le 5 avril 2002

Les ventes de Sotheby’s et de Christie’s se sont effondrées de façon dramatique en 2001, Sotheby’s présentant une baisse de 16 % de ses revenus et Christie’s une baisse plus importante encore de 23 %. Sotheby’s a cependant pu freiner ses pertes et prévoit un retour à la rentabilité cette année.

LONDRES (de notre correspondante) - Lorsqu’il a annoncé les chiffres de Sotheby’s, le président de la maison de vente, Bill Ruprecht, a déclaré qu’“en dépit d’une baisse de 32 millions de dollars portant sur 22 % de nos revenus, à cause des événements du 11 septembre, nous avons pu réduire nos dépenses de fonctionnement de 38 millions de dollars à 26 millions”. En 2001, les ventes aux enchères de Sotheby’s dans le monde entier s’élevaient à 1,6 milliard de dollars, avec une perte nette de 41,7 millions de dollars. Ce chiffre est à rapprocher des 189,7 millions de dollars que la société a perdus en 2000, en raison notamment des coûts de justice liés à l’enquête sur l’entente avec Christie’s. Dans l’ensemble, les ventes de Sotheby’s ont diminué de 22 % en Amérique du Nord et de 8 % en Europe (et seulement de 4 % si l’on exclut “l’impact défavorable des conversions des monnaies étrangères”). “2001 a été une année pénible pour Sotheby’s, a déclaré Bill Ruprecht. Nous avons fait des progrès très importants dans la réduction des dépenses, grâce à des efforts de restructuration de la société, et nous avons conclu une alliance stratégique avec eBay, que nous avons annoncée en janvier 2002. Plus important encore, nous avons pu conserver tous nos principaux employés grâce à nos programmes de maintien.” Cette politique de maintien des employés à leur poste a coûté 19,8 millions de dollars à la société, alors que le site Internet sothebys.com perdait jusqu’à 23,1 millions de dollars. Sotheby’s a aussi annoncé que ses frais seraient modifiés à partir du mois d’avril. Ces modifications ne seront effectives pour l’instant que dans trois salles de ventes – à Bond Street (Londres), à Genève et à New York. Les frais seront désormais de 19,5 % sur les prix d’adjudication s’élevant jusqu’à 100 000 dollars et de 10 % au-dessus de cette somme. “Les commissions du vendeur seront simplifiées et la balance entre les ventes et les achats sera supprimée, car l’expérience a montré que cela ne profitait pas à nos clients”, a déclaré Bill Ruprecht.

Christie’s, en tant que société privée, ne révèle pas ses bénéfices ni ses pertes, mais la société a annoncé un chiffre d’affaires de 1,78 milliard de dollars (2,01 milliards d’euros) – 890 millions pour les États-Unis, 790 millions en Europe et 109 millions dans la région Asie-Pacifique –, soit une baisse de 23 % par rapport à 2000. Cette année-là, la maison avait enregistré un véritable record, puisque 250 œuvres avaient passé la barre du million de dollars, contre 153 pour 2001. “En dépit d’un rempli des marchés mondiaux en 2001, nos ventes aux enchères ont réalisé des résultats exceptionnels dans le monde entier”, a déclaré le PDG Edward Dolman, tout en admettant que 2001 a été une “année difficile”. Aux États-Unis, la plus belle vente de l’année a été Le Moteur, une toile de Fernand Léger datant de 1918, vendue plus de 16,7 millions de dollars (19,06 millions d’euros) en novembre dernier, tandis que le tapuscrit original de Jack Kerouac pour Sur la route a été adjugé 2,42 millions de dollars, soit la plus forte enchère jamais atteinte pour ce type d’œuvre littéraire.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°146 du 5 avril 2002, avec le titre suivant : Sotheby’s-Christie’s : en baisse

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque