Mercredi 21 novembre 2018

Photographie

La Fondation Henri Cartier-Bresson s’installe dans ses nouveaux murs

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 5 novembre 2018 - 548 mots

PARIS

La Fondation HCB, entièrement autofinancée, déménage dans le Marais dans des locaux plus grands et plus adaptés.

Fondation HCB © Novo
Fondation HCB, 79 rue des Archives, perspectives, salle C, salle de conférence
© Novo
Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson

Martine Franck en exposition inaugurale de l’installation de la Fondation Henri Cartier-Bresson dans ses nouveaux espaces dans le Marais a valeur de symbole. « Cette fondation existe avant tout grâce à Martine. C’est elle qui en a compris les enjeux et qui l’a portée », explique Agnès Sire qui œuvra à ses côtés à son ouverture en 2003 au 2 rue Impasse Lebouis dans le quartier de Montparnasse puis à sa direction jusqu’en novembre 2017. « Henri et Mélanie, leur, fille étaient d’accord mais c’est elle qui a monté le dossier, très vite accepté au demeurant par l’État ». 

En 2002 Lionel Jospin, alors Premier Ministre, signait le décret sur la création de la Fondation HCB reconnue d’utilité publique. Le modèle économique repose « sur les legs d’Henri Cartier-Bresson de son patrimoine photo et de Martine Franck d’une partie de sa fortune personnelle issue de ses parents connus pour avoir été de grands collectionneurs », explique François Hébel, directeur de la Fondation depuis la décision d’Agnès Sire de n’en conserver que la direction artistique. 

Quinze ans après son ouverture, l’installation dans des espaces plus vastes et bien plus faciles d’accès apporte deux bénéfices. En premier lieu de rassembler et de préserver l’ensemble des archives léguées par Henri Cartier-Bresson (1908-2004) et Martine Franck (1938-2012) selon les dernières normes de conservation. Et au rez-de-chaussée le doublement de la surface d’exposition, et à terme le triplement après la rénovation des espaces du sous-sol, permettra, une fois la rétrospective Martine Franck terminée, d’organiser côte à côte des expositions temporaires et des expositions liées à la collection.
 
Bibliothèque, salle de recherche, espaces réservés aux activités pédagogiques et librairie viennent compléter l’offre dans un lieu dont le budget annuel de fonctionnement s’élève à 1 million d’euros. Les ressources proviennent de diverses sources : « des visiteurs payants et de la vente des catalogues ; des royalties reçues de Magnum pour les reproductions ; de la location en France et à l’étranger des expositions de la Fondation : du mécénat et enfin de la rémunération du fonds de dotation placé et constitué par ce qu’ont légué Martine Franck et Henri Cartier-Bresson dont les intérêts abondent le budget », précise-t-on à la Fondation. Le droit moral et le droit patrimonial de l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson appartiennent à la Fondation.

En aménageant au 79 rue des Archives, la Fondation espère un accroissement de la fréquentation et donc des revenus, alors qu’elle accueillait rue Lebouis en moyenne 50 000 visiteurs par an pour un billet d’entrée à 8 € tarif plein (à 9 € désormais, 5 € pour le tarif réduit).

Les travaux  ont été financés « par la vente de l’immeuble de l’Impasse Lebouis dont la Fondation était propriétaire, le legs d’un appartement d’une proche d’Henri Cartier-Bresson et des ventes de tirages sélectionnés en accord avec Martine Franck, comme étant aliénables car présents en double ou en triple », précise la Fondation qui pour la première fois a bénéficié de subventions du ministère de la Culture, de la région Île-de-France et de la Ville de Paris dans le cadre de la destruction d’une partie du bâtiment pour la création d’une cour demandée par les Architectes des Bâtiments de France. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque