Mercredi 20 novembre 2019

Architecture

Chorégraphie pour espace culturel

Mémoire

Par Sophie Trelcat · Le Journal des Arts

Le 3 septembre 2013 - 780 mots

Sous une enveloppe fidèle à la ruralité ambiante, l’Atelier qui abrite les services culturels de Gournay-en-Bray invite à la déambulation.

GOURNAY-EN-BRAY - Petite commune du pays de Bray, située en Haute-Normandie entre Beauvais et Rouen, Gournay-en-Bray revendique sur son site Internet ses qualités de « ville à la campagne ». Fidèle au slogan gournaisien, la proposition de Vincent Parreira (agence AAVP) pour le concours d’architecture lancé en 2006 réinterprétait le langage formel rural propre à cette région, en un accord parfait avec l’urbanisme du cœur de ville.

Créée en 2000, l’agence AAVP s’est fait connaître du grand public en 2012 avec la réalisation d’un « écoparc » commercial situé à l’entrée d’Angers : l’Atoll, comprenant 71 000 m2 de surface de vente abritée sous un gigantesque voile métallique courbe, évoquant une installation des époux Christo. Une année plus tôt, l’équipe recevait une mention spéciale dans le cadre du prix national de l’Équerre d’argent pour le groupe scolaire Casarès-Doisneau édifié à Saint-Denis-Aubervilliers. Entièrement recouvert d’un claustra régulièrement sculpté de croix de Saint-André réalisées avec la technique du bois tourné, le bâtiment estampillait la marque de fabrique de l’architecte : le souci du détail et l’utilisation de l’ornement. « Mes goûts architecturaux doivent beaucoup à mes origines portugaises », explique le créateur dont le père artisan maçon lui a transmis l’intérêt pour le travail de compagnonnage. La barbe parfaitement taillée, des tenues vestimentaires savamment choisies, la gentillesse et la séduction naturelles, le dandy de chantier ne dénoterait pas dans des pages de magazine. Quoi qu’il en soit, c’est la danse qui le transporte et les œuvres de Nijinsky à Pina Bauch sont pour lui des réservoirs à émotions. Parreira a su transposer le rapport au corps et à l’espace que lui enseigne cette discipline, à travers la réification de « l’Atelier » de Gournay-en-Bray. Un dédale étudié

Le centre culturel prend la forme de deux longères légèrement coudées et placées côte à côte en fond de parcelle. L’une comprend sur deux niveaux les écoles de danse et de musique, tandis que sa voisine contient la médiathèque et la maison des associations. De part et d’autre, de petites boîtes de bois fonctionnelles leur sont greffées tandis qu’une galette de verre les relie et marque clairement l’accueil commun dans l’établissement culturel. Ce choix d’implantation est le résultat d’une réflexion poussée sur les déplacements : « L’idée était d’éviter un accès direct depuis la rue. Il faut prendre le temps d’entrer dans le bâtiment en franchissant une succession de cours qui ne servent à rien, si ce n’est à déambuler. Par ailleurs il est possible de contourner totalement les bâtiments », explique Vincent Parreira. Cette attention particulière portée à l’espace et aux parcours se poursuit dans une même logique à l’intérieur, où l’idée est « de plonger les visiteurs dans une volumétrie autre » précise l’architecte.

Effectivement, c’est un univers digne des aventures d’Alice au pays des merveilles qui est offert aux visiteurs : pour accéder dans les différentes sections de la médiathèque, il faut franchir de petits sas colorés, aux angles arrondis, et menant vers des salles de lectures aux volumétries de cathédrales, mais ici dissymétriques. La salle du conte pour enfants, bien plus haute que large, rappelle une déformation d’attraction foraine de type Palais des glaces, tandis que le couloir de l’école de musique distribue en serpentant les espaces de répétition.

Le respect de la mémoire du lieu
Étonnamment, cette turbulence intérieure est contenue dans une enveloppe uniforme quasi austère. Les longères dont les hauteurs de faîtage varient revêtent un habillage d’ardoise violine à la coupe impeccable. Mise en œuvre de façon traditionnelle par les compagnons du devoir, l’enveloppe masque les chéneaux et ne présente aucun débord de toiture ce qui nécessitait un dessin et une pose de précision. En rez-de-chaussée, des plaques de résille métallique en cuivre, taillées en diamant pour leur apporter de la rigidité, protègent les grandes baies vitrées.

Ici, tout comme dans le groupe scolaire, la contrainte sécuritaire devient ornement. Le cuivre deviendra vert dans le temps – « c’est un matériau qui parle » – a été utilisé par ailleurs pour le traitement de l’entrée sur la rue. En prolongation d’un large portail, celle-ci prend la forme d’un petit bâtiment « signal » en résille à l’intérieur duquel il sera possible à terme d’installer des œuvres. Aujourd’hui, la construction accueille une large enseigne verticale rouge et lumineuse de nuit marquant l’identité du lieu. Celle-ci en affiche le nom : « L’atelier » en mémoire aux ateliers de confection de l’usine Damau qui occupaient le site. Heureuse surprise dans la petite commune de 6000 habitants, le centre culturel s’annonce déjà comme un petit Bilbao local valorisant l’image de la ville.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°396 du 6 septembre 2013, avec le titre suivant : Chorégraphie pour espace culturel

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque