Mardi 17 septembre 2019

Controverse autour du projet de la nouvelle ambassade américaine de Londres

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 janvier 2009 - 230 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [08.01.09] – Après l’ouverture de la nouvelle ambassade américaine de Bagdad, le gouvernement projette de reconstruire celle de Londres au grand dam des société de protection des monuments.

L'Ambassade américaine à Londres © D.R.

Le gouvernement britannique, ainsi que le Twentieth Century Center ont engagé une bataille pour préserver l’ambassade américaine, construite en 1960 par l’architecte américain Eero Saarinen.

Ils espèrent pourvoir inscrire ce bâtiment sur la liste des monuments protégés de grade II, ce qui signifie qu’il ne pourrait être détruit ou modifié que sur autorisation spéciale. Le critique Hugh Pearman a notamment lancé un appel pour protéger ce monument historique, seule architecture de Saarinen construite sur le sol britannique.

L’ambassadeur américain Robert Tuttle a annoncé la décision de quitter l’espace de Grosvenor Square surnommé « La petite Amérique », en octobre dernier, pour des raisons de sécurité et d’environnement, rapporte le Washington Post.
Ce dernier explique en effet que rénover et mettre ce bâtiment vieux de 50 ans aux normes de sécurité prendrait 7 ans et nécessiterait un budget de plus de 440 millions d’euros.

Plusieurs architectes sont déjà pressentis pour réaliser la nouvelle ambassade, parmi eux Richard Meier, Thom Mayne et Keiran Timberlake. Leurs projets seront présentés devant un jury composé de diplomates, d’académiciens et d’architectes américains et britanniques.

L’imposant bâtiment édifié par Eero Saarinen est la plus grande ambassade des Etats-Unis construite en Europe avec 600 pièces sur 9 étages.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque