Samedi 15 décembre 2018

Ces statues antiques qui dérangent le Qatar

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 3 mai 2013 - 189 mots

ATHENES (GRECE) [03.05.13] – La Grèce a repris deux statues antiques au Qatar, pour qui la nudité des athlètes posait problème.

Le Qatar, qui souhaite accueillir les J.O en 2024, organise à Doha une grande exposition, jusqu’au 30 juin, sur l’histoire des Jeux olympiques de l’Antiquité à nos jours. Le musée organisateur, après avoir voulu couvrir le sexe de certaines statues antiques avec des tissus noirs, puis abandonné l’idée de les présenter à son exposition, s’est vu reprendre par la Grèce deux des statues en avril dernier.

Les deux statues d’athlètes - la première datant de l’époque archaïque (VIe siècle av. J.-C.) et la seconde, une copie romaine d’un athlète grec, de facto, nu-, ont manifestement posé problème aux autorités qataries.

Le directeur du musée olympique du Qatar, Christian Wacker, a cependant démenti toute censure début avril, sur RFI.

En 2010, a contrario, des prothèses avaient été ajoutées à deux statues antiques de Mars et Vénus installées au Palais Chigi à Rome, à la demande de Silvio Berlusconi qui les trouvait « incomplètes ». Mars avait ainsi retrouvé ses attributs masculins. Ces ajouts ont finalement été retirés début 2013.

Légende photo

Logo de l'exposition « Olympic Games: Past and Present » à Alriwaq Doha, du 28 mars au 30 juin 2013 - source www.qma.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque