Dimanche 12 juillet 2020

Audrey Azoulay a obtenu 13 voix au premier tour de l’élection à la direction générale de l’Unesco

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 10 octobre 2017 - 479 mots

PARIS [10.10.17] — L’ancienne ministre de la Culture arrive en deuxième position derrière le qatari Al-Kawari, au premier tour de l’élection qui doit désigner le remplaçant d’Irina Bokova. Cinq tours sont prévus d’ici vendredi.

Audrey Azoulay, alors ministre de la Culture et de la Communication en 2016
Audrey Azoulay, alors ministre de la Culture et de la Communication en 2016
© MCC

Le premier tour pour désigner le successeur d’Irina Bokova à la tête de l’Unesco a eu lieu le lundi 9 octobre. Les cinquante-huit membres du Conseil exécutif ont voté au siège de l'organisation onusienne, à Paris. Parmi les huit candidats en lice, aucun n'est parvenu à obtenir la majorité, c'est-à-dire les trente voix requises.

Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, ancien ministre de la Culture, des Arts et du Patrimoine du Qatar est arrivé en première position du tour initial. Il confirme ainsi son statut de favori dans la course et distance Audrey Azoulay de six voix. Elle-même, avec treize voix en sa faveur, devance l'égyptienne Moushira Khattab de deux voix, comme le rapporte le quotidien algérien, semble-t-il bien informé, Liberté Algérie. Suivent ensuite les candidatures du Liban et de la Chine avec six et cinq voix tandis que le Vietnam et l'Azerbaïdjan obtiennent chacun deux voix et devraient se retirer.

Audrey Azoulay avait surpris par l'annonce de sa candidature au poste de directrice générale de l'Unesco en mars dernier alors qu'elle était ministre de la Culture. Elle avait présenté son projet au Conseil exécutif les 26 et 27 avril 2017 . Elle avait alors insisté sur la nécessité d'un leadership fort pour l'organisation. Elle avait également souligné son engagement pour la science et l'éducation et présenté l'idée de rechercher des financements autres que ceux des États membres.

Face à Audrey Azoulay, Al-Kawari reste pour l'instant le candidat avec le plus de cartes en mains. Il connaît bien l'organisation pour avoir été ambassadeur du Qatar à l'Unesco de 1974 à 1984. Avec six millions investis par Doha dans sa campagne, menée depuis deux ans et demi durant lesquels il a visité tous les pays électeurs, il semble avoir mis toutes les chances de son côté. Néanmoins le maintien des candidates libanaise et égyptienne dans la course pourrait diviser le vote des pays arabes et rien n'est acquis à l’issu de ce premier tour. En 2009, Irina Bokova était loin de son concurrent égyptien, Farouk Hosni, avant de remporter le vote final.

Le scrutin compte plusieurs tours. Le deuxième se tiendra mardi. Le cinquième et dernier tour aura lieu vendredi 13 si aucun candidat ne ressort avec la majorité absolue. Il départagera alors les deux candidats arrivés en tête du quatrième tour.

Le remplacement programmé d'Irina Bokova intervient alors que son nom apparaît dans une affaire de corruption. Son mari Kalin Mitrev, directeur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement aurait perçu plus de 400 000 euros de l'Azerbaïdjan en contrepartie de missions de conseil pour le gouvernement azéri. Irina Bokova aurait également rendu des visites que certains estiment complaisantes à la première dame d’Azerbaïdjan.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque