Alain Bublex

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 février 2008

Une automobile, un hot dog, une ville américaine, Alain Bublex multiplie les projets. Entre réalité et fiction, ses dessins, ses photographies, ses vidéos et ses installations ne sont que les conséquences de ces projets. Parce que « les objets ne valent que ce que vaut le projet qu’ils matérialisent ».

Avec ses cheveux en bataille, sa vieille gabardine grise, un sac en bandoulière et une valise dans chaque main, Alain Bublex a quelque chose d’un personnage de Beckett. Transformé en guide pour touristes, il est ce soir-là à la tête d’une petite troupe de curieux qui ont répondu à son rendez-vous devant le Palais de Tokyo pour une balade en boucle, via le Trocadéro et la Tour Eiffel. Une balade surprise, à la découverte de la ville, sous son regard. Ici et là, Bublex lève le pied et s’adresse à son public. Il lui explique la beauté du soir tombant qui rend tout un chacun anonyme, lui fait voir l’incroyable qualité abstraite de la Tour Eiffel, râle contre ces arbres qui masquent la pureté de ligne d’une architecture. Bublex s’arrête sur le pont d’Iéna, encore et toujours médusé. Il ne cache pas sa fascination pour le métro aérien que les reflets lumineux de la Seine font basculer dans une aura miraculeuse.
Alain Bublex aime la ville. Elle lui paraît être l’expression la plus juste de ce que nous sommes parce qu’elle est ce que nous en avons décidé. Elle est à notre image et la petite promenade qu’il a imaginée ces soirs d’octobre dernier autour du site du Palais de Tokyo n’était qu’une façon pour lui de nous inviter à en prendre conscience. A chacun de nous d’en faire ce que nous voulons. Alain Bublex n’est pas un artiste comme les autres. Rien ne l’intéresse moins que de produire des œuvres toutes faites. Au contraire, tous ses soins consistent à faire germer des idées dans la tête des gens, des idées qui leur appartiennent et qui font leur chemin au gré de leur fantaisie. Il dit volontiers que seules le préoccupent les choses qui restent à l’état de projet et que l’objet produit ne l’intéresse que dans son usage. Les touristes d’un soir qui l’ont suivi dans son vagabondage autour du Palais de Tokyo, à la façon de voyageurs en exil, l’auront parfaitement mesuré. Bien plus que pour lui-même, Bublex travaille à susciter chez l’autre une attitude, un comportement. Originaire de Lyon, élevé dans le vif d’une culture syndicale, versant cégétiste, Alain Bublex n’a jamais aspiré à être artiste. S’il a fait les beaux-arts, il n’y est resté que deux ans, leur préférant finalement une formation de designer industriel. « Un designer, c’est un artiste à l’usine », aime-t-il à dire. Est-ce le fait de son admiration pour le fauteuil rouge et bleu de Rietveld qui lui a fait choisir cette voie ? Est-ce le poids de l’atavisme familial ? Le fait est que Bublex s’est retrouvé travailler chez Renault pendant près de dix ans. Projets, dessins, maquettes... une période riche d’inventions et d’expériences en tous genres. Si aucun de ses projets n’a été retenu, c’est aussi parce qu’il est de cette nature d’individus qui sont toujours en conflit avec l’organisation. Rien d’étonnant à ce qu’il quitte un beau jour son bureau pour rejoindre le monde de l’art : « Le seul endroit où je peux travailler », reconnaît-il. L’essentiel du travail de Bublex, dont la passion pour l’auto est sans frein, procède d’une réflexion sur les notions de paysage et de point de vue. C’est dire l’importance du voyage dans la conception de ses travaux. Du voyage et du chantier. Mais qu’il s’agisse de la constitution des archives de Glooscap, une ville imaginaire dont la documentation l’envahit depuis une quinzaine d’années, de son « projet pour rendre à Lyon ses brouillards » ou de celui d’une petite centrale thermique « pour le site de Lucy », il y va chaque fois d’un prétexte à réfléchir sur le monde. Pour tenter de le comprendre.

- PARIS, Maison européenne de la Photographie, 5-7, rue de Fourcy, tél. 01 44 78 75 00, 10 octobre-13 janvier. Alain Bublex est représenté à Paris par la galerie Vallois, 36, rue de Seine, 75006 Paris, tél. 01 46 34 61 07.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°532 du 1 décembre 2001, avec le titre suivant : Alain Bublex

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque