Samedi 22 février 2020

Architecture

Rouge, blanc, rose

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 24 janvier 2003 - 718 mots

Djazaïr, une année de l’Algérie en France bat désormais son plein (lire notre Vernissage pages 13 à 19), avec son lot de découvertes, de redécouvertes, de passages obligés et de grandes absences. Hors sentiers battus et routes officielles, le plus algérien des jeunes architectes et le plus parisien des architectes algériens, Imaad Rahmouni, se fraye actuellement une voie royale dans un paysage diurne et nocturne très spécifique.

Bien sûr, son agence se niche au creux d’un de ces passages étroits qui jalonnent le Faubourg Saint-Antoine, en plein onzième arrondissement de Paris. Un grand loft immaculé, mais très confortable, où officient les quatre “filles” du Charlie local : Juliette Lamy de Rancourt, architecte ; Virginie Cartillet, architecte d’intérieur ; Valérie Bruant, designer ; Lola Sanon, graphiste.
Le décor est planté, le ton est donné, très professionnel mais tous azimuts. Parcours à la fois classique et atypique que celui d’Imaad Rahmouni, trente-cinq ans, né à Alger dans une famille d’universitaires pour lesquels études, lectures, réflexion, analyse, pensée réglaient la vie.
Imaad obtiendra son diplôme de la faculté d’architecture d’Alger, vouant une admiration indéfectible à Fernand Pouillon comme à Oscar Niemeyer. Il quitte Alger, débarque à Paris et s’inscrit à l’école d’architecture de Paris-Belleville pour suivre les cours d’Henri Ciriani. Pour lui, la première boucle est bouclée. Pouillon, Niemeyer et Ciriani constituent son panthéon. Celui de la rigueur, de la pédagogie, du partage, de l’engagement social plus encore que politique, de la générosité. Et même si Pouillon affichait des manières de grand seigneur de la Renaissance, même si Niemeyer affirme encore aujourd’hui à quatre-vingt-quinze ans passés son goût d’un certain baroque tropical, ou si ressurgit parfois chez Ciriani l’expression de ses origines amérindiennes, ce qui unit le trio c’est, sans doute, un certain puritanisme.
Assez curieusement, le “début de carrière” d’Imaad Rahmouni va se dérouler sous des auspices autrement tapageuses, vibrionnantes, expressives. D’abord, six mois passés à l’agence de Jean Nouvel, à travailler sur le projet du complexe culturel de Lucerne, sans doute le plus beau et le plus abouti de l’architecte. Ensuite, deux ans et demi chez Philippe Starck où il rencontre Thierry Gauguin et Patrick Jouin, deux jeunes designers avec lesquels il va créer des jouets qu’ils signeront du doux pseudonyme de “Totoys”. Et enfin, après ces deux collaborations inattendues, voler de ses propres ailes. La chance continue d’accompagner Imaad Rahmouni. Tout à fait par hasard, il rencontre les frères Pourcel, les jumeaux cuisiniers trois fois étoilés de Montpellier. Pour eux, il va réaliser le restaurant La Compagnie des comptoirs, première étape d’une collaboration qui dure depuis trois ans et passe par une boulangerie et la piscine de l’hôtel Le Jardin des sens, toujours à Montpellier, un autre restaurant dans l’ancien cloître des Arts en Avignon et, enfin, un restaurant itinérant fait de planchers mobiles en bois précieux couverts d’une tente bédouine marocaine.
La chance et les rencontres se poursuivent. En 2001, à Paris, il refait entièrement le restaurant La Maison blanche, dessinant un mobilier d’une grande élégance, et, pour les mêmes commanditaires, La Maison rouge, un restaurant d’un raffinement très épuré dans le Marais.
Puis, pour David Guetta, le prince des nuits parisiennes, un strip-tease new-look, le Pink Paradise. S’enchaînent alors bars, clubs et restaurants, le B 4 Coffee Shop, le B 4 Bar, le Dellis Café, La Suite, à Paris, ou Sens et Saveurs, toujours pour les frères Pourcel, un restaurant perché au sommet d’une tour à Tokyo...
Bref, Imaad Rahmouni a le vent en poupe, et chacune de ses réalisations est saluée en raison de son extrême subtilité : mode et rigueur, légèreté et densité conjuguées. Et tout cela, en tout juste deux ans.
Pourtant, c’est bien à l’architecture que continue de rêver l’Algérois de Paris. Quelques concours perdus à Paris, Venise ou Genève n’entament en rien son optimisme et sa détermination : “2003 sera l’année de l’architecture pour nous. On va ralentir sur le reste et s’engager à nouveau sur des concours, avec tout ce que cela entraîne de lourdeur, de complication et de cherté ! Et puis c’est vrai que j’ai toujours Pouillon, Niemeyer et Ciriani en tête et au cœur. Donc, notre objectif prioritaire aujourd’hui, ce serait de réaliser des logements sociaux.”
À considérer à la fois la détermination, la chance, le talent et le savoir-faire d’Imaad Rahmouni, nul doute qu’il n’y parvienne.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°163 du 24 janvier 2003, avec le titre suivant : Rouge, blanc, rose

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque