Jeudi 20 septembre 2018

Galeriste

Pauline de Mazières contre vents et marées

L'ŒIL

Le 1 octobre 1999 - 162 mots

Où en serait l’art contemporain marocain sans Pauline de Mazières ? En 1971, la pionnière ouvre à Rabat la première galerie du royaume. Et la seule sérieuse. « Je voulais tenir vingt ans », avoue-t-elle. Et elle a tenu parole. Contre vents et marées, la galeriste se bat pour la peinture abstraite et « l’art des signes » dans un pays où les collectionneurs sont surtout préoccupés de tableaux orientalistes et de « beaux paysages ». Avec détermination, elle expose ceux qui sont les maîtres d’aujourd’hui. Après la fermeture de sa boutique de décoration adjacente, la galerie a du mal à s’autofinancer malgré de rares achats institutionnels (Ministère des Affaires étrangères, par exemple). « Les collectionneurs préfèrent acheter directement au peintre. Pour faire une bonne affaire. » Alors, elle ferme son espace d’exposition. Pas inactive pour autant, elle continue à suivre ses artistes et les expose ailleurs. « Mais ce pays est passionnant. Tout est encore à faire. Alors, je reste. »

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°510 du 1 octobre 1999, avec le titre suivant : Pauline de Mazières contre vents et marées

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque