Samedi 15 décembre 2018

Nouveaux exposants : portraits croisés (2/7)

L’aristocrate de l’édition d’art

Le Journal des Arts

Le 20 février 2004 - 329 mots

Peu de marchands parviennent chaque année à intégrer le cénacle des deux cents exposants de Tefaf. De Paris à Londres et Buenos Aires, rencontre avec les sept nouveaux élus de l’édition 2004.

 Alan Cristea Gallery, Londres - Immense privilège pour le galeriste éditeur londonien Alan Cristea : il est invité par les organisateurs de la Tefaf, quand la majeure partie des galeristes se battent pour décrocher un stand. Avec trente-cinq ans de métier, une fameuse galerie installée depuis sept ans sur Cork Street, à Londres, l’homme est le plus grand vendeur et le plus important éditeur d’estampes originales modernes et contemporaines en Europe. Il est aussi le représentant exclusif de l’œuvre graphique de Nam Gabo ainsi que de Joseph et Anni Albers. Peu bavard, Alan Cristea ne s’attarde pas sur ce parcours sans faute et évoque avec un grand plaisir l’honneur qui lui est fait à Maastricht. Aurait-il, de lui-même, pensé à cette foire réputée pour son classicisme ? Fort élégamment, il n’évoque pas le sujet. Alan Cristea est un exigeant viscéral. Il a une admiration immense pour la rigueur des planches de Matisse et Picasso. De ce dernier, il présente à Maastricht une Tête de femme, lithographie hors édition, tirée seulement à six épreuves. Cette œuvre en noir et blanc aux allures de suaire semble peinte au doigt. Une eau-forte de Matisse, réalisée en 1929 et éditée à 25 exemplaires, Nu assis et portrait de Mme Cézanne, fait aussi partie des œuvres phares de son stand. L’autre facette des goûts artistiques d’Alan Cristea le porte vers les orgies de couleurs, de Joan Miró au pop art, de ses prémices à ses descendants. Les œuvres fondatrices de Joe Tilson et les monstres sacrés Andy Warhol et Roy Lichtenstein ont les honneurs de sa galerie, comme les œuvres récentes de Julian Opie ou Jim Dine. Éclectique, Alan Cristea ne dédaigne pas non plus la photographie contemporaine. Il expose également à Maastricht des œuvres photographiques de l’artiste conceptuel hollandais Jan Dibbets.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°187 du 20 février 2004, avec le titre suivant : Nouveaux exposants : portraits croisés (2/7)

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque