Dimanche 21 octobre 2018

Les Gupta, des souverains éclairés et tolérants

Par Bérénice Geoffroy-Schneiter · L'ŒIL

Le 31 juillet 2007 - 601 mots

Est-ce un hasard si le mot « gupta » désigne, en sanskrit, la notion de « secret » ? Quelle que soit la réponse, les origines de cette dynastie d’une grande tolérance religieuse restent mystérieuses.

Il faut véritablement attendre l’accession au trône de Chandragupta Ier (vers 320-335) pour voir apparaître au grand jour la nouvelle lignée de souverains gupta. Portant le titre de mahârâjâdhirâja (roi suprême des grands rois), ces derniers ne dissimulent pas leurs appétits de pouvoir et de conquête. Il suffit, pour s’en convaincre, de déchiffrer les nombreuses inscriptions gravées sur les monuments vantant les exploits militaires de Chandragupta et de ses héritiers.
Au faîte de sa puissance (sous le règne de Chandragupta II, de 375 à 415 environ), l’Empire s’étend ainsi de la mer de l’Est à la mer de l’Ouest, du nord du Bengale au Kathiawar, et de l’Himalaya à la Narmada.

Les figures de Vishnu
Pratiquant l’antique sacrifice du cheval d’origine védique qui les consacre chakravartin (monarques universels), les souverains gupta n’en sont pas moins d’obédience vishnuïte. Les sceaux royaux, les monnaies comme les sculptures exaltent ainsi la figure du dieu hindou chevauchant sa monture, l’aigle Garuda, aux côtés de son épouse, la déesse Shrî Lakshmî.
Parallèlement, grâce à un effort de remise en forme et de compilation des Purâna ou « récits antiques » (mêlant aussi bien des considérations d’ordre cosmologique, mythologique que liturgique), le vishnuïsme se développe considérablement. Parmi les différents « avatars » (ou incarnations) du dieu, celui du Sanglier sauvant la Terre submergée sous les eaux inspire tout particulièrement les sculpteurs. Ne peut-on lire cet épisode héroïque comme une allégorie commémorant les victoires des souverains gupta sur leurs puissants ennemis ?
Mais l’image de Vishnu peut aussi revêtir des aspects plus paisibles : reposant sur le serpent d’Éternité Ananta, entre deux ères cosmiques, ou figuré sous les traits d’un beau jeune homme, paré de bijoux et de guirlandes de fleurs…

Shivaïsme et bouddhisme
Loin d’écraser toute autre forme de culte ou de religion, les rois gupta vont au contraire faire preuve, tout au long de leur règne, d’une tolérance et d’un œcuménisme sans précédent. Le shivaïsme connaît ainsi de nombreux adeptes, parmi lesquels Kâlidâsa, le « prince des poètes ». Honoré dans de magnifiques temples (comme celui de Bhumârâ), le dieu Shiva voit même son iconographie s’enrichir à cette époque : il est tantôt Natarâja (Seigneur de la danse »), tantôt représenté sous sa forme androgyne, ou bien encore figuré aux côtés de son épouse, la douce Pârvatî.
Si le jaïnisme semble jouir d’une popularité moindre, le bouddhisme, en revanche, se développe de façon notable, sous l’influence de grands maîtres à penser tels Asanga, Vasubandhu, Dignâga… Stûpas votifs, monastères, et universités fleurissent, attirant toujours plus de pèlerins. Mais c’est peut-être sous le ciseau inspiré des sculpteurs gupta que la religion du Bienheureux trouve sa plus belle expression. Taillées dans le grès rouge de Mathurâ ou le grès beige de Sârnâth, ces effigies diaphanes constituent, à elles seules, des petits miracles d’équilibre et de perfection.

Repères

Vers 320 Chandragupta Ier s’empare du Bihar et d’une partie du Bengale. Il fonde son royaume autour de la ville de Pâtaliputra. 340-376 Son fils Samudragupta étend son territoire jusqu’au Népal. Dévot de Vishnu, il fait preuve de tolérance envers les autres confessions (bouddhisme, shivaïsme). 375-413 Après avoir assassiné son prédécesseur, Chandragupta II monte sur le trône et établit une seconde capitale à Ujjain. 455 À la fin du règne de Kumaragupta, l’empire atteint son apogée et couvre toute l’Inde du Nord. 500-515 Les Huns blancs d’Asie envahissent une partie de l’Inde du Nord, entraînant le déclin progressif des Gupta.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°590 du 1 avril 2007, avec le titre suivant : Les Gupta, des souverains éclairés et tolérants

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque